Un PC portable tactile d'Asus sous Windows 8.
Un PC portable tactile d'Asus sous Windows 8. - DR

Philippe Berry

Un mois après la sortie de Windows 8 (et de son cousin pour tablette Windows RT), voici l'heure du premier bilan. Globalement, il est plutôt inquiétant pour Microsoft.

40 millions de licences vendues

Ce chiffre, annoncé il y a deux jours par Microsoft, semble bon. 40 millions en un mois, c'est mieux que les 60 millions de Windows 7 en deux. S'agit-il de licences vendues aux consommateurs ou aux boutiques? Quelle part pour les partenariats en entreprise? Microsoft refuse de fournir le moindre détail, Steve Ballmer parlant simplement d'un accueil «fantastique». Avec des mises à jour commençant à 15 euros, il faudra attendre la fin du programme promotionnel, en janvier, pour avoir une meilleure idée de l’engouement réel pour Windows 8 alors que de nombreux consommateurs sont satisfaits par Windows 7.

Les ventes de PC en baisse de 21%

C'est le chiffre le plus inquiétant. Selon le cabinet NPD, au cours des quatre premières semaines de la commercialisation du nouvel OS de Microsoft, les ventes de machines sous Windows se sont écroulées de 21% par rapport à la même période l'an dernier (-24% pour les PC portables et -9% pour ceux de bureau).

Cette période n'inclut pas le Black Friday et la «cyber week», et Noël devrait sans doute booster les ventes. Mais pour l'instant, la sortie de Windows 8 ne semble pas avoir réussi à inverser la tendance actuelle.

Concurrence relevée

Windows 8 sort dans l'ère «post-PC» annoncée par Steve Jobs. Optimisé pour le tactile, il représente la dernière chance de Microsoft pour revenir dans la course sur les tablettes. Jusqu'ici, Apple régnait en maitre sur le marché. Mais au dernier trimestre, la part de l'iPad a chuté à 55%, contre 44% à Android, boosté par les succès du Kindle Fire, du Nexus 7 et de plusieurs tablettes de Samsung. Si l'iPad mini devrait permettre à Apple de résister, Android pourrait prendre la tête en 2013 comme il l'a fait sur smartphone, selon ABI Research.

Pour Microsoft, les ventes de tablettes ne sont pour l'instant pas vraiment encourageantes. Selon NPD, elles n'ont représenté que 1% des machines Windows écoulées le mois dernier. Il ne s'agit que des tablettes fabriquées par les partenaires de Microsoft car l'entreprise n'a pas communiqué de chiffres pour sa machine maison, Surface RT –a priori car ils sont très faibles. Microsoft va jouer gros avec Surface Pro, qui peut, sur le papier, remplacer un PC (car on peut y installer des programmes traditionnels et pas juste des apps comme sur sa petite sœur).

Le succès des tablettes a deux explications possibles: elles ne sont pas chères, à moins de 500 euros; et elles sont ultra-transportables et tactiles. A 900 grammes et 1.000 euros avec un clavier, Microsoft a fait le choix de positionner Surface Pro en concurrence avec les Ultrabooks et le Macbook Air. Comme eux, son autonomie ne devrait se situer qu'entre 4 et 5 heures. Le consommateur veut-il d'un hybride, au format d'une grosse tablette, avec les performances d'un PC de milieu de gamme mais le prix d'une machine premium? Réponse en janvier.

Etes-vous passés à Windows 8? Comptez-vous le faire dans les prochains mois? Et plutôt pour un PC ou une tablette? Dites-le nous ci-dessous.