Trois images du jeu Ingress, de Google.
Trois images du jeu Ingress, de Google. - DR

Philippe Berry (@ptiberry, membre de la Résistance)

Lecteur, choisi ton camp. La Résistance d'un côté, les Illuminés de l'autre: une bataille s'est engagée, jeudi, pour le contrôle d'une mystérieuse énergie. L'avenir de l'humanité est en jeu. Le terrain de jeu? Le monde entier.

Ingress, c'est quoi

Un MMO (jeu massivement multijoueurs) disponible dans un premier temps en bêta fermée, sur invitation, d'abord sur Android puis plus tard sur iOS. Globalement, l'app est une version dépouillée de Google Maps. Il faut donc sortir dans le «vrai monde», auquel le jeu se superpose (réalité augmentée). On marche, fait du vélo ou conduit pour collecter de billes d'énergie, qui servent à activer et à contrôler des portails disséminés dans les villes du monde entier. Il s'agit surtout de points d'intérêt artistiques (statue, musée etc.). Les deux camps, Résistance vs Illuminés, vont devoir agrandir et défendre leur territoire, comme dans les jeux de mafia.

La bande-annonce

Qui est derrière?

Le Niantic Labs group, une division de Google pilotée par John Hanke, à qui l'on doit notamment Google Earth et l'app pour voyageurs Field Trip.

Et l'histoire?

Hane explique avoir été inspiré par J.J. Abrams. De fait, le principe d'Ingress évoque notamment les séries Fringe et Lost. Cette «exotic matter» est un résidu né dans les labos du CERN lors des expériences sur le boson de Higgs. Mi-énergie, mi-matière, elle est présente «tout autour de nous» et coexiste dans plusieurs dimensions. Elle semble surtout affecter l'esprit humain. Les «Illuminés» sont persuadés qu'elle va aider l'homme à passer au prochain stade de son évolution. La «Résistance», au contraire, veut empêcher un potentiel esclavage psychique.

Les premiers pas

On est guidé par un tutorial. Il faut sortir de chez soi pour collecter de l'énergie. Quand on se trouve à moins de 50 mètres d'un portail, marqué sur le carte, on peut le «hacker» et récupérer des objets comme des générateurs et des clés. Activer huit générateurs permet de prendre le contrôle d'un portail. On peut ensuite, soit seul, soit avec l'aide de joueurs alliés, les interconnecter. En lier trois crée un territoire qu'il faut protéger. Le niveau d'énergie diminue au cours du temps (10% chaque jour) et le camp adverse peut venir essayer d'en prendre le contrôle. A West Hollywood, on a trouvé cinq portails sur un carré d'environ 1 km. Ils appartiennent désormais à la Résistance.

Et sur le long terme?

Selon Hanke, il y a «un début, un milieu et une fin». Le jeu devrait s'étaler sur 18 mois s'il rencontre un succès suffisant. Pour l'instant, 3.000 early adopters sévissent un peu partout dans le monde. 70% ont rejoint les Illuminés et 30% la Résistance. Le Niantic Labs dévoilera de nouveaux détails scénaristiques en vidéo au fur et à mesure. Les joueurs pourront soumettre leur propres portails en photographiant des points d'intérêt et en les envoyant à Google. Enfin, Google compte fournir son infrastructure du monde entier aux développeurs pour qu'ils puissent bâtir des jeux autour. Les lunettes du Project Glass pourraient sans doute un jour pleintement tirer parti de la réalité augmentée.

Le verdict

Ingress n'est pas le premier «real world game». Mais avec une app bien conçue, une échelle sans précédent et un scénario intriguant, le titre de Google pourrait bien devenir un phénomène. Attention toutefois: l'app draine très vite la batterie (GPS + connexion permanente aux serveurs); et on rencontre facilement un lampadaire ou un piéton quand on marche les yeux collés à son téléphone.

Comptez-vous essayer le jeu? Plutôt Illuminés ou Résistance?