La nuit grenobloise en sonovigilance

0 contributions
Publié le 12 juillet 2012.

nuisances La Ville fait installer des capteurs sonores près des bars et des discothèques

Quatre sondes sonores sont installées depuis quelques mois dans les points les plus bruyants de Grenoble : dans le cadre de sa Charte de la vie nocturne, la Ville expérimente en effet un système de « sonovigilance ». Conçu par la société Azimut Monitoring, de Montmélian, celui-ci permet de capter 24 h/24 l'ambiance sonore d'une rue. « On détermine un seuil d'acceptabilité qui peut varier selon le bruit de fond existant, la sensibilité du voisinage, l'isolation du bâti, etc. », explique Didier Dufournet, dirigeant de l'entreprise. La ville reçoit chaque matin des courbes permettant de repérer les « pics ». Malgré une météo inhabituellement mauvaise, donc peu propice à la fête dans les rues, « le premier rendu prouve que la période de calme est parfois relativement courte dans une nuit », constate Patrice Voir, adjoint chargé de la santé. Le niveau monte généralement à partir de 22 h jusqu'à 1 h, limite de fermeture des bars, voire 2 h en cas de dérogation.

Des alertes SMS
Le système prévoit que les gérants de bars et discothèques puissent recevoir une alerte SMS, en cas de dépassement du seuil, afin qu'ils sensibilisent leurs clients. « Mais aucun établissement n'a pour l'heure réagi à à cette proposition », regrette l'élu. Au Deep, le patron, Mika Philippe, répond : « Nos videurs essaient déjà de calmer les excités. On nous considère comme responsables de ceux qui boivent, ceux qui se battent, ceux qui font du bruit… On ne nous laisse pas respirer ! ». Pour Patrice Voir, qui reçoit les plaintes et pétitions, notamment celles de l'union de quartier Notre-Dame, « cet outil doit permettre d'objectiver les choses, au lieu de rester sur du ressenti, et de dialoguer ». Par ailleurs, la ville va faire une étude de corrélation des pics sonores avec des événements… qu'elle organise elle-même, comme la Fête de la musique ou le 14 Juillet.

Véronique Vigne-Lepage
Les lieux sensibles

Les sondes ont été placées là où les protestations des riverains sont les plus fréquentes : angles rue de la Brocherie-rue Valbonnais, rue Auguste-Gaché-rue de la Paix, rue Bayard-place Notre-Dame, rue Cujas-rue du Palais. L'une d'elles est amovible pour pouvoir être déplacée ponctuellement.

Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr