Savoir combattre le « tigre »

0 contributions
Publié le 13 juin 2012.

Santé L'ARS donne des conseils pour lutter contre ce moustique nuisible

En 2011, toutes ses victimes rhônalpines (deux malades du chikungunya et cinq malades de la dengue) revenaient de pays infectés par les virus dont il est porteur. Mais la présence du « moustique tigre » avait tout de même été signalée dans plusieurs départements dont l'Isère.
Cette année, si la température peu élevée du mois de mai a retardé son arrivée, l'alternance de pluie et de relative chaleur de ces derniers jours a inversé la tendance. « Elle a favorisé la création de petits gîtes qui sont autant de lieux de ponte éventuels », observe Marie-Agnès Chapgier, ingénieure sanitaire chargée de la lutte contre cet insecte à l'Agence régional de santé (ARS).

Déjà quatre départements touchés
Ainsi, en l'espace de deux jours, les signalements de larves se sont accélérés. « Lundi, seule la Drôme était concernée. Depuis, on a repéré le moustique tigre en Savoie, en Haute-Savoie et en Ardèche », poursuit l'ingénieure. L'Isère, encore épargnée, peut très bien être touchée, d'autant que les insectes repérés viennent « très probablement, d'une part de Paca ou du Languedoc, via la vallée du Rhône, d'autre part d'Italie, dans le secteur très infesté de Turin, via le tunnel du Fréjus. »
L'ARS Rhône-Alpes, qui a mis en place une surveillance des grands axes de circulation de la région, multiplie donc les conseils : « éliminer du jardin ou du balcon tous les objets susceptibles de recevoir de l'eau, remplir les soucoupes de pot de fleur avec du sable, vérifier l'état des gouttières et s'assurer du bon écoulement des eaux de pluie… ».
Mais l'agence s'adresse aussi aux voyageurs : « Ceux qui reviennent de pays où circulent les virus de la dengue ou du chikungunya et qui présentent des symptômes de type grippal (fièvre, courbatures…) doivent aller consulter, prévient le Dr Dominique Dejour-Salamanca, médecin de santé publique à l'ARS. Pour se soigner, mais aussi pour ne pas risquer d'infecter nos moustiques tigres qui, pour l'heure, sont sains… »

Chantal Féminier
Aedes Albopictus, alias « Moustique tigre »

Le moustique tigre, dont le nom scientifique est l'Aedes Albopictus, s'est installé depuis 2004 dans le sud de la France et son territoire est en pleine expansion, selon l'ARS. Il peut transmettre la dengue ou le chikungunya seulement s'il est porteur de ces virus. Il pique le jour et se déplace peu. Chaque femelle peut pondre 200 œufs.

Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr