La droite veut éteindre ses divisionsLa gauche vers le grand chelem en sud-Isère

0 contributions
Publié le 12 juin 2012.

Législatives Dans la 1re, Geneviève Fioraso est en ballottage favorable face à Jean-Claude Peyrin

C'était l'une des circonscriptions les plus observées, avec tous les ingrédients propices à l'intérêt médiatique : une ministre (Geneviève Fioraso), un candidat UMP officiel (Jean-Claude Peyrin) et une dissidente exclue de l'UMP (Marie-Christine Tardy), le premier étant de surcroît l'adjoint de la seconde à la mairie de Meylan. Après le 1er tour, Geneviève Fioraso, créditée de 38,31 %, est idéalement placée pour conserver son siège, d'autant que la balance penche à gauche avec un bloc PS-EELV-FG à plus de 52 %. « Satisfaite de voir la 1re circonscription confirmer son ancrage à gauche », la députée sortante « appelle tous les électeurs progressistes à aller voter au 2e tour. »

Tardy appelle au rassemblement
Vainqueur de son match dans le match avec Mme Tardy (16,6 %), Jean-Claude Peyrin (17,8 %) aura, lui, la lourde tâche de rassembler une droite minée par une lutte fratricide, comme l'attestent les divers incidents ayant émaillé la campagne. « Les électeurs ont récompensé un choix de valeurs car j'avance démasqué, avec la bannière UMP », estime le patron de l'UMP 38, qui n'oublie pas non plus d'envoyer une pique à son adversaire socialiste : « Geneviève Fioraso fait une élection en trompe-l'œil et ne siégera pas à l'assemblée nationale. » De son côté, Marie-Christine Tardy se félicite du choix des Meylanais, qui l'ont placée devant son concurrent. « Je fais un bon score partout où je suis connue. Si le parti avait investi la bonne personne… » La maire de Meylan tient néanmoins à tenir sa parole : « J'appelle les électeurs de droite à se rassembler à droite. » Cela sera-t-il suffisant ? Réponse ce dimanche.La gauche, qui détenait les six sièges du sud-Isère, est bien partie pour refaire carton plein. La situation est similaire dans les six circonscriptions, avec des candidats socialistes ou écologistes devançant de 10 à 20 points leur challenger UMP. Aucune triangulaire au menu, le FN n'atteignant nulle part les 12,5 % d'inscrits requis. Dans les circonscriptions 1 à 5, les députés PS sortants Geneviève Fioraso (38,31 %), Michel Issindou (38,4 %), Michel Destot (40,49 %), Marie-Noëlle Battistel (41,96 %) et François Brottes (43,85 %) partent donc favoris, et peuvent compter sur une arithmétique favorable avec les reports de voix d'EELV et du Front de Gauche.
Dans la 9e, plus indécise, la dynamique sourit à l'écologiste Michèle Bonneton (37,2 %) qui, face à l'UMP Julien Polat (26,81 %), bénéficie de réserves à gauche.M.P.

Manuel Pavard
Une participation en légère baisse

Avec 58,36 % de votants, contre 59,06 % en 2007, la participation est en léger recul en Isère. Bonne élève, la 1re circonscription se distingue avec un taux de 62,28 %, supérieur de 3,92 points à celui du département. Bonnet d'âne pour la 3e avec 55,24 %, le plus faible en sud-Isère.

Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr