Aux 2 Alpes, l'avant-saison de ski a démarré sans accroc ce week-end.
Aux 2 Alpes, l'avant-saison de ski a démarré sans accroc ce week-end. - B. Longo / OT 2-Alpes

Benoit Pavan

Les mouvements de grève qui perturbent depuis plusieurs semaines les différents secteurs de l'économie française n'ont pas encore atteint les stations de ski iséroises. Alors que la prochaine saison de glisse se prépare, on ne s'inquiète pas outre mesure, en altitude, d'une éventuelle accentuation de la grogne et des pénuries d'essence.

« Aucune annulation à déplorer »
Sur le domaine des 2 Alpes, où la saison a officiellement été lancée ce week-end avec l'ouverture du glacier pour les vacances de la Toussaint, on guette plus volontiers l'arrivée d'une nouvelle vague de giboulées que la fin du blocage dans les raffineries du pays. Pour l'heure, seuls quelques coups de téléphone de clients inquiets de ne pouvoir quitter la station si la pénurie d'essence venait à gagner les cuves de l'Oisans sont venus troubler la quiétude des premières glisses. « Nous avons néanmoins constaté une légère décrue des réservations depuis le début de semaine dernière, sans savoir toutefois si les grèves contre la réforme des retraites sont en cause, car 50 % de notre clientèle est étrangère, souligne Gilles Vanheule, directeur de l'office du tourisme des 2 Alpes. Pour l'heure, notre taux de remplissage est conforme à celui de l'an passé à la même époque ».
Même tendance dans la majorité des autres stations du département, qui n'ouvriront pas avant la fin novembre, et du côté de l'aéroport de Grenoble/St-Étienne-de-Saint-Geoirs, qui accueillera d'ici peu les premiers touristes de la saison d'hiver. « Aucun impact sérieux sur les réservations n'est à déplorer pour le moment, confirme-t-on à la centrale de réservations de l'office du tourisme de Chamrousse, qui n'ouvrira pas avant le 10 décembre prochain. D'ici là, les grèves auront probablement pris fin »