Le ministère espagnol de l'Intérieur a annoncé mercredi l'arrestation, près de Pau, en France, de Juan Maria Mugica Dorronsoro, membre du groupe basque armé ETA, accusé de tentative d'attentat en 2001 contre le chef du gouvernement de l'époque, José Maria Aznar.
Le ministère espagnol de l'Intérieur a annoncé mercredi l'arrestation, près de Pau, en France, de Juan Maria Mugica Dorronsoro, membre du groupe basque armé ETA, accusé de tentative d'attentat en 2001 contre le chef du gouvernement de l'époque, José Maria Aznar. - Guillaume Bonnaud afp.com

© 2012 AFP

Le ministère espagnol de l'Intérieur a annoncé mercredi l'arrestation dans les Pyrénées-Atlantiques, au pays Basque français, de Juan Maria Mugica Dorronsoro, membre du groupe basque armé ETA, accusé de tentative d'attentat en 2001 contre le chef du gouvernement espagnol de l'époque, José Maria Aznar.

L'opération a été réalisée en commun par la police française et la garde civile espagnole, a précisé le ministère dans un communiqué.

Juan Maria Mugica a été arrêté sans incident vers 15H00 à Barcus (Pyrénées-Atlantiques), sur la voie publique dans une voiture avec un membre de sa famille, a-t-on indiqué de source proche de l'enquête.

Placé mercredi en fin d'après-midi "en rétention", selon le parquet de Pau, il sera présenté "jeudi matin devant le procureur général de la Cour d'appel de Pau qui va lui notifier le mandat d'arrêt européen", émis en janvier 2010 à son encontre par les autorités espagnoles, a-t-on ajouté de même source.

Son éventuel placement en détention sera alors décidé dans l'attente de l'audience, mardi prochain, devant la chambre de l'instruction de la Cour d'appel qui décidera de sa possible extradition vers l'Espagne.

Juan Maria Mugica avait échappé en janvier 2010 à une opération policière effectuée à Lizartza, au Pays Basque espagnol (nord), au cours de laquelle "avait été démantelé un commando de transport de matériel de l'ETA".

C'est à ce commando que la direction du groupe armé avait ordonné en 2001 de commettre un attentat via le tir de missiles contre le chef du gouvernement de l'époque, José Maria Aznar, a fait savoir le ministère.

L'attentat devait avoir lieu pendant un déplacement du dirigeant conservateur au Pays Basque espagnol (nord), avait indiqué aux policiers l'un des membres de l'ETA arrêtés en janvier 2010.

M. Aznar, qui a dirigé le gouvernement espagnol de 1996 à 2004, a de longue date fait partie des cibles de l'organisation indépendantiste basque.

En 1995, à une époque où il était à la tête de l'opposition, il avait échappé à un attentat à la voiture piégée de l'ETA. Il en était sorti indemne grâce au blindage de son véhicule. L'explosion avait fait 16 blessés, dont une femme qui était morte quelques mois plus tard des suites de ses blessures.

L'ETA, considérée comme un mouvement terroriste par l'Union européenne et les Etats-Unis, est tenue pour responsable de la mort de plus de 800 personnes en plus de 40 ans de violences.

L'organisation, très affaiblie par de nombreuses arrestations dans ses rangs, principalement en Espagne et en France, a annoncé en octobre dernier qu'elle mettait définitivement fin aux actions violentes.