Le pouvoir d'achat des ménages français a légèrement reculé en 2011 et leurs dépenses de consommation ont fortement ralenti, contribuant peu à la croissance économique, selon une étude rendue publique vendredi par l'Institut national de la statistique (Insee).
Le pouvoir d'achat des ménages français a légèrement reculé en 2011 et leurs dépenses de consommation ont fortement ralenti, contribuant peu à la croissance économique, selon une étude rendue publique vendredi par l'Institut national de la statistique (Insee). - Philippe Huguen afp.com

© 2012 AFP

Le pouvoir d'achat des ménages français a légèrement reculé en 2011 et leurs dépenses de consommation ont fortement ralenti, contribuant peu à la croissance économique, selon une étude rendue publique vendredi par l'Institut national de la statistique (Insee).

"Le manque de dynamisme de la consommation est dû en grande partie à la douceur exceptionnelle du climat de l'année 2011, les ménages réduisant leurs dépenses de chauffage", explique l'Insee.

En 2011, la dépense de consommation des ménages a progressé de seulement 0,3% à prix constants après avoir augmenté de 1,4% l'année précédente.

L'accélération des prix (+2,1% après +1,1%), du fait du renchérissement de l'énergie et de certains produits alimentaires, a plus que compensé celle des revenus. Mesuré au niveau individuel, c'est-à-dire rapporté au nombre d'unités de consommation, le pouvoir d'achat a ainsi connu un léger repli de 0,1% en moyenne en 2011, après une progression de 0,3% en 2010.

La dépense de consommation des ménages n'a contribué que pour 0,1 point de pourcentage à la croissance de 1,7% du produit intérieur brut enregistrée l'année dernière. Leur consommation effective, c'est-à-dire incluant les consommations individualisables des administrations publiques et des institutions sans but lucratif au service des ménages, a quant à elle contribué pour 0,4 point de pourcentage.

Le taux d'épargne des ménages en pourcentage du revenu disponible brut a légèrement augmenté pour atteindre 16,1% contre 15,9% en 2010.