Le procès d'un détenu jugé pour avoir violé son compagnon de cellule en 2008 à Fresnes (Val-de-Marne) se déroulera à huis clos à la demande de la partie civile, a décidé mardi la cour d'assises du Val-de-Marne à l'ouverture des débats.
Le procès d'un détenu jugé pour avoir violé son compagnon de cellule en 2008 à Fresnes (Val-de-Marne) se déroulera à huis clos à la demande de la partie civile, a décidé mardi la cour d'assises du Val-de-Marne à l'ouverture des débats. - Fred Dufour afp.com

© 2012 AFP

Le procès d'un détenu jugé pour avoir violé son compagnon de cellule en 2008 à Fresnes (Val-de-Marne) se déroulera à huis clos à la demande de la partie civile, a décidé mardi la cour d'assises du Val-de-Marne à l'ouverture des débats.

L'accusé, Ali Charef, 48 ans, comparaît jusqu'à mercredi pour avoir imposé une série d'actes sexuels à son compagnon de cellule, en octobre 2008, afin de le guérir de "ses démons" en le soumettant à une "thérapie". Il est poursuivi pour viols et tentative de viol en récidive.

Les deux hommes qui se font face aujourd'hui aux assises de Créteil purgeaient alors de lourdes condamnations pour viols. Au moment des faits, ils ne cohabitaient dans la même cellule que depuis environ une semaine.

Partie civile, Patrick Genet s'était décidé à briser l'omerta et à alerter l'Administration pénitentiaire après avoir subi brimades et humiliations dans la cour de promenade de la maison d'arrêt et en dépit des menaces de son agresseur présumé.

"Je ne voulais pas que le psychiatre révèle les faits car je savais que je serais grillé dans toute la détention", avait expliqué la victime pendant l'instruction.

Les procès de ce type sont rares en raison notamment de la loi du silence qui règne en milieu carcéral.

Le verdict est attendu mercredi.