Apéro Facebook: Les politiques montent au front

ALCOOL Jean-Marc Ayrault en appelle au ministre de l'Intérieur...

Avec agence

— 

Jusqu'à 9.000 personnes ont participé le 12 mai à l'apéro géant à Nantes.

Jusqu'à 9.000 personnes ont participé le 12 mai à l'apéro géant à Nantes. — Reuters

Au lendemain de la mort d’un homme à l’apéro Facebook de Nantes, le maire socialiste de la ville Jean-Marc Ayrault a poussé un coup de gueule. Constatant qu’interdire ce genre de manifestation est inutile, puisqu’il n’y a aucune déclaration en préfecture, ni aucun responsable identifié, le député-maire de Nantes «en appelle au ministère de l’Intérieur» pour qu’il mette en place «une table ronde» sur le sujet.

Pour le socialiste, ces apéros d’un nouveau genre, très en vogue actuellement, n’ont rien de «festifs» et sont «plutôt glauques». «Tout cela est lamentable», a-t-il encore dit. L’élu a également attaqué les organisateurs de ce type d’événements, qui mettent «la vie des gens en péril».

Comme les raves-party?  


Nathalie Kosciusko-Morizet a plaidé de son côté pour l’instauration «d’espaces de dialogue entre les organisateurs et les préfets». «Ce qu’on appelle l’ordre public, c’est pas une saloperie pour embêter les gens, c’est pour protéger», a expliqué la secrétaire d’Etat à la Prospective sur Europe 1. Surtout, d’après elle, la responsabilité en cas de drame «peut être attribuée aux organisateurs. On n’est jamais anonyme, tout le monde doit en être bien conscient, y compris sur Internet», a-t-elle insisté.

Finalement, NKM voit un parallèle entre ces apéros géants et les «raves-party», qui n’avaient pas été «complètement interdites» mais «les organisateurs ont accepté d’entrer dans la logique des problèmes de sécurité». Toujours sur Europe 1, Claude Bartolone, président du Conseil général de Seine-Saint-Denis, a estimé qu’il fallait «contrôler» les apéros géants, «essayer de trouver un système pour permettre aux gens de se retrouver, mais dans des conditions de sécurité».

«Une règle du jeu acceptable par tous»

Pour l'élu socialiste, c'est un phénomène social, «une manière pour les gens de trouver des moments de solidarité dans une période difficile, donc il faut être attentifs et puis trouver une règle du jeu acceptable par tous».

En tout cas, le dossier est clairement devenu politique. Brice Hortefeux a annoncé vendredi qu'il tiendrait la semaine prochaine «une réunion de travail sur les apéros géants» afin de  «préciser les mesures permettant de faire face à ce type d'événements spontanés, de limiter les risques qu'ils font encourir notamment aux mineurs qui s'y rendent, et de coordonner la réponse des différents acteurs locaux».


Mots-clés :