Haïti: SOS Haïti Enfants Adoptés s'insurge

ADOPTION Selon l'association, les dossiers sont bloqués sans raison suffisante...

M.N.

— 

Un enfant fixe l'appareil photo à Port-au-Prince, en Haïti, le 24 janvier 2010.

Un enfant fixe l'appareil photo à Port-au-Prince, en Haïti, le 24 janvier 2010. — Tomas Bravo / Reuters

Ils dénoncent une «absence de politique qui pourrait s’avérer criminelle». L’association SOS Haïti Enfants Adoptés critique «la confusion qui règne au Ministère des Affaires Etrangères» qui «a décidé de suspendre l’évacuation de tous les enfants adoptés en Haïti avant le séisme».

 

«Même les enfants bénéficiant des jugements, en bonne et due forme, (…) ne seront plus rapatriés jusqu’à nouvel ordre», explique SOS Haïti Enfants Adoptés, dans un communiqué. L’association «appelle le Président de la République à prendre ses responsabilités», soit le rapatriement de tous les enfants adoptés avant le séisme.

 

L'arrivée des enfants en France retardée

 

En effet, la secrétaire d'Etat à la Famille Nadine Morano a décidé la semaine dernière la mise en place d’une structure intermédiaire en Guadeloupe, où adoptants français et orphelins haïtiens pourront passer une à deux semaines ensemble. Son but: diminuer le stress d'un changement de vie trop rapide pour les enfants pour les petits adoptés.

 

Ces mesures de précaution, prises alors que l’encadrement des enfants au moment de leur arrivée en France ne serait pas suffisant - une explication insuffisante pour SOS Haïti Enfants Adoptés-, devraient ralentir considérablement le rythme des arrivées d’enfant en France.

 

Conséquence selon SOS Haïti Enfants Adoptés, «116 enfants dont les dossiers respectent pourtant tous les critères imposés attendaient (la semaine dernière) depuis plus de deux semaines leur évacuation». En outre, «639 enfants parfaitement identifiés et apparentés à des familles françaises» attendraient toujours de connaître leur sort.