Nouvelle campagne de communication de l'association des Droits des non fumeurs
Nouvelle campagne de communication de l'association des Droits des non fumeurs - BDDP

Peut-on tout se permettre pour faire passer un message de prévention? La nouvelle campagne de communication de l’association «les Droits des non fumeurs» est allée loin dans la provocation pour interpeller le public. Pour illustrer leur slogan «Fumer, c’est la pire des soumissions», l’association fait le parallèle entre les abus sexuels et la cigarette.

Les trois photos sont suggestives: trois jeunes, aux visages pâles et aux regards anxieux, sont forcés d’accomplir un acte sexuel. Des hommes, dont les visages sont cachés, maintiennent leur main sur la tête des jeunes. Leur sexe est remplacé par une cigarette.

Soumission docile

Pour Marco De la Fuente, de l’agence de communication BDDP & Fils en charge de la campagne, «fumer est l’une des pires soumissions. Nous avons donc pris un symbole fort». Son interprétation du visuel est toutefois surprenante. «Ce que nous montrons n’est pas un viol, c’est une fellation (ndrl, une fellation forcée peut être considéré comme un viol depuis un arrêt de la Cour de cassation de 1997)». Pour lui, le message à faire passer est clair, « lorsque les jeunes fument, ils font plaisir à beaucoup de gens», en particulier aux industriels.

Cette photo n’est donc pas un abus sexuel, selon le responsable. Il n’y a pas non plus de contrainte. Le jeune -«majeur», selon lui- «accepte docilement de se soumettre à l’adulte, comme lorsqu’il fume», dit-t-il, avec assurance. «Le jeune est joliment en train de lui tailler une pipe», poursuit-il. «Rien ne prouve qu’il accomplit cet acte contre son gré». Soit. Seuls les esprits mal tournées y verront donc l’image d’un acte criminel.

«Cette campagne est allée trop loin, déplore Christiane Ruel, présidente de l'association Enfance et Partage. Ces photos sont infiniment dérangeantes.» Pour elle, il ne fait aucun doute qu'elles représentent une soumission sexuelle d'enfants, et que les victimes d'abus vont se sentir agressées par ces images.


Autorité paternelle

Gerard Adureau, le président des Droits des non fumeurs, l'association à l'origine de la campagne, voit les choses différemment. Pour lui, il n’y aucune connotation sexuelle dans ces visuels. «Ils se contentent d’évoquer l’autorité, la soumission. On peut y voir par exemple un adulte qui met la main sur la tête de son enfant, et qui ainsi exerce son autorité».

L’adulte sur la photo peut également symboliser, aux yeux du président, «une richesse colossale». Les enfants, eux, représentent «la dépendance à l’argent», comme celle au tabac. Mais non, l’adulte en costard n’est pas un pervers sexuel. Parallèle ambigü ou pas, la campagne, en tout cas, a réussi sur un point: elle choque.

Et vous, qu’en pensez-vous? Que voyez-vous sur ces images? Vous choquent-elles? Dites-nous tout dans les commentaires ci-dessous.




Une autre vidéo de la campagne:
La diffusion
Des «cartes-com», de la taille d’une carte postale, sur lesquelles figureront les images, seront distribuées à la sortie des endroits où se retrouvent les jeunes (bars, restaurants, boites de nuit) et des affichettes y seront placardées. Une collaboration avec certains magasines de presse est également prévue.

Mots-clés :