Quoi qu'il en dise, la campagne, ça le gagne. Nicolas Sarkozy a beau répéter à l'envi qu'il ne fait pas campagne pour les régionales, son déplacement, hier dans le Loir-et-Cher, ne devait rien au hasard. Officiellement, la visite présidentielle visait à faire des annonces sur le thème de la ruralité. Officieusement, à soutenir Hervé Novelli, le candidat UMP qui pourrait faire basculer la région Centre à droite lors du scrutin de mars prochain.

« Il est chaque semaine sur le terrain, défend Franck Riester, directeur de campagne de l'UMP. Il ne choisit pas ses sorties pour des objectifs électoraux. » Il n'empêche : le Président essaye tout de même de joindre l'utile à l'électoral. Le 18 janvier dernier, il est ainsi allé présenter ses voeux à l'outre-mer sur l'île de la Réunion, à l'endroit même où la majorité présidentielle tente de détrôner le communiste Paul Vergès. La semaine dernière, c'est en Corse qu'il est venu parler développement durable, quelques jours après la parution d'un sondage qui annonce l'UMP perdante dans cette région. « Sur la pointe des pieds, il vient soutenir les uns et les autres. Il est regrettable de mélanger ainsi les genres », déplorait, hier, François Bonneau, président (PS) de la région Centre et candidat à sa succession. W

Vincent Vantighem

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé