Nouveau virage pour le permis de conduire

TRANSPORTS Les conditions d'obtention du fameux papier rose changeront le 1er avril prochain...

Vincent Vantighem

— 

Un Nancéien de 23 ans, privé de permis de conduire pour cause d'infractions commises par un homonyme parisien né le même jour que lui, s'est vu restituer son permis mercredi, a annoncé la préfecture de Meurthe-et-Moselle.

Un Nancéien de 23 ans, privé de permis de conduire pour cause d'infractions commises par un homonyme parisien né le même jour que lui, s'est vu restituer son permis mercredi, a annoncé la préfecture de Meurthe-et-Moselle. — Mychele Daniau AFP/archives

En finir avec le «permis de papa». Lancée il y a un an, la réforme du permis de conduire va aborder une nouvelle phase, dès le 1er avril, avec la mise en place d'un nouvel examen. «Moins long, moins cher, mais pas plus facile»: Dominique Bussereau, le secrétaire d'Etat aux Transports, a dévoilé, jeudi matin, les nouvelles conditions d'obtention du fameux papier rose dont le but est toujours d'améliorer la sécurité routière.
 
Des questions de code moins «ringardes» Il faudra toujours faire un score de 35/40 au minimum pour valider l'examen théorique du code. Ce sont en fait les questions qui vont changer. Certaines ont été supprimées. D'autres modifiées. Mais surtout, la délégation à la Sécurité routière a créé 150 nouvelles diapositives pour interroger les candidats sur la réglementation sur les passages à niveau ou encore la conduite plus écologique.
 
Un examen pratique dépoussiéré Dominique Bussereau l'a rappelé jeudi. «Il faut oublier la logique d'erreur pour celle du bilan de compétence». Concrètement, plutôt que de se voir retirer des bons points à chaque erreur, le candidat s'en verra attribuer pour sa conduite générale. Pour cela, une nouvelle grille d'évaluation a été conçue. Pour être reçu, le candidat devra obtenir au moins 20 points, ne griller aucun feu rouge ou stop et ne pas rouler sur la bande d'arrêt d'urgence. «Rater son créneau est beaucoup moins grave», a souri le secrétaire d'Etat.
 
Une conduite accompagnée même à 18 ans Avec un taux de réussite plus élevé que l'apprentissage classique, la conduite accompagnée a le vent en poupe. Réservée jusqu'alors aux candidats âgés de 16 ans, elle sera étendue aux jeunes de 18 ans. Charge à eux de trouver un parent qui les accompagne sur 1.000 km pendant trois mois pour se présenter à l'examen.
Le permis de conduire en chiffres:

Chiffres
 
700.000 permis de conduire sont délivrés en moyenne chaque année au 1,3 millions de candidats qui se sont présentés à l'examen.
 
1.200 euros, c'est le coût moyen du permis de conduire en France.
 
80% des départements français affichent un délai d'attente inférieur à deux mois entre l'inscription à l'école de conduite et la présentation à l'examen.
 
Sources : Secrétariat d'Etat aux Transports, Délégation à la sécurité routière.