Copenhague, «un formidable gâchis», selon Nicolas Hulot

CLIMAT Pour l'écologiste, ce sommet «résonne comme un terrible bras d'honneur à la conscience citoyenne»...

Avec agence

— 

Après une retraite volontaire de plusieurs mois, Nicolas Hulot revient en Une pour tenter de sauver la loi Grenelle sur l'environnement qu'il estime menacée, et se rappeler au bon souvenir des politiques dans la perspective des élections européennes.

Après une retraite volontaire de plusieurs mois, Nicolas Hulot revient en Une pour tenter de sauver la loi Grenelle sur l'environnement qu'il estime menacée, et se rappeler au bon souvenir des politiques dans la perspective des élections européennes. — Frédérick Florin AFP/Archives

Dans un entretien au Journal du dimanche, l'écologiste Nicolas Hulot estime ce dimanche qu'il va rester du sommet de Copenhague «le souvenir d'un formidable gâchis».

«Nous avons bradé l'avenir de nos enfants et compromis celui de millions de citoyens des pays du Sud», s'inquiète-t-il. Ce qui s'est passé à Copenhague «résonne comme un terrible bras d'honneur à la conscience citoyenne: on n'a pas écouté les ONG, on les a même mises à l'écart du sommet des chefs d'Etat», dit-il.

>> Retrouvez toutes les coulisses du sommet de Copenhague par ici

Après ce sommet qui «est aussi la faillite de la démocratie», il invite à «adapter nos institutions pour qu'enfin l'intérêt collectif domine et que l'on s'occupe des enjeux à long terme».

«Nous attendions tous finalement beaucoup trop d'Obama, qui arrivait à Copenhague conforté par son prix Nobel de la Paix. Nous avions surestimé sa marge de manoeuvre», ajoute l'écologiste.

«La France a été digne et agressive»

Pour l'avenir, «personne ne peut affirmer que les mot des chefs d'Etat vont rester lettre morte», estime-t-il, jugeant que la«"seule note positive», à la fin de ce sommet, «c'est que plus personne ne met plus en doute» les enjeux liés au climat.

Interrogé samedi à Copenhague par l'AFP, Nicolas Hulot avait jugé le résultat de la conférence de Copenhague «affligeant et consternant», tout en soulignant que la France avait été «digne et agressive».

>> Et vous, pourquoi ce sommet ne vous a-t-il pas passionné? Dites-le nous par ici