Balladur visé par une plainte des familles des victimes

En juin dernier, Nicolas Sarkozy parlait d'une « fable ». Pourtant, les familles des victimes de l'attentat de Karachi y croient dur comme fer. Six d'entre elles viennent de déposer plainte pour « corruption » contre l'ancien club politique d'Edouard...

— 

L'attentat avait fait quatorze morts,dont onze Français, en mai 2002.

L'attentat avait fait quatorze morts,dont onze Français, en mai 2002. — SIPA

En juin dernier, Nicolas Sarkozy parlait d'une « fable ». Pourtant, les familles des victimes de l'attentat de Karachi y croient dur comme fer. Six d'entre elles viennent de déposer plainte pour « corruption » contre l'ancien club politique d'Edouard Balladur, qu'elles considèrent à l'origine de l'attentat qui fit quatorze morts, dont onze Français, le 8 mai 2002 au Pakistan. Une voiture piégée était venue s'encastrer dans un bus transportant des ingénieurs et des techniciens travaillant à la construction d'un sous-marin pakistanais.

Les familles de victimes estiment que l'ancien Premier ministre a financé sa campagne présidentielle de 1995 à l'aide de « commissions illicites » liées au contrat passé avec le Pakistan pour la construction de ce sous-marin. Un vaste système de financement occulte auquel Jacques Chirac aurait mis fin après son élection. Les plaignants pensent que cette rupture est à l'origine d'un conflit qui a abouti, sept ans plus tard, à l'attentat. « Les familles ont été trompées par l'Etat français et par plusieurs dirigeants politiques français et pakistanais de premier rang », justifie Olivier Morice, leur avocat. Reste désormais à savoir si la justice française décidera d'ouvrir une enquête ou de classer cette plainte sans suite. W

Vincent Vantighem

Mots-clés :

Aucun mot-clé.