Grippe A (H1N1): Les vaccins sans adjuvant se font désirer à Paris

SANTE Malgré l'affluence du week-end, tous les centres de vaccination ne les ont pas reçus...

Catherine Fournier

— 

Les vaccins sans adjuvant devaient être disponibles dès le 20 novembre 2009.

Les vaccins sans adjuvant devaient être disponibles dès le 20 novembre 2009. — J.-S. EVRARD / 20 MINUTES

«Des gens vont mourir parce qu'ils ne seront pas vaccinés.» Le message de Roselyne Bachelot, mercredi, semble avoir porté ses fruits. Les centres de vaccination contre la grippe A (H1N1) ont été pris d'assaut ce week-end. A Paris, 2.607 personnes se sont présentées pour se faire vacciner samedi, contre 970 le samedi précédent, selon les chiffres de la Préfecture de Paris.
 
>> Pour retrouver tous nos articles sur la grippe A (H1N1), cliquez ici

Une affluence due à la campagne proactive du gouvernement mais aussi à l'augmentation des cas. Une école du 16e arrondissement a dû fermer ses portes samedi, un quart des effectifs sur 482 élèves étant malade. Au total, plus de 1,5 million de personnes ont déjà contracté le virus en France.
 
«On nous a dit de revenir mercredi»
 
Reste que le dispositif de vaccination prend du retard, notamment concernant le vaccin sans adjuvant, réservé aux femmes enceintes de plus de trois mois et aux enfants âgés de six mois à 24 mois (sans facteur de risques, ndlr). Selon les autorités sanitaires, ce vaccin était disponible à partir de vendredi. Or, ce lundi, plusieurs centres de vaccination n'avaient toujours pas reçu les doses, selon la préfecture.
 
Un salarié de 20minutes.fr, père de jumeaux âgés de 15 mois, s'est présenté dans la matinée au centre pédiatrique du 4e arrondissement (Hôtel Dieu - Parvis Notre-Dame) et rien n'était prêt. «On nous a dit de revenir mercredi.» A la préfecture, on confirme que la vaccination ne sera lancée que le 25 novembre dans les sept centres pédiatriques que compte la capitale, destinés à accueillir les enfants de six mois à 3 ans ainsi que les fratries et les adultes accompagnateurs.
 
«Tout cela est en train d'être mis en place»
 
Quid des femmes enceintes? Elles peuvent se rendre, normalement, dans l'un des 20 centres de vaccination pour adultes. Mais hormis le centre du 5e arrondissement, la préfecture n'était pas en mesure ce lundi midi de confirmer quel autre centre avait reçu ou non les vaccins sans adjuvant. «Tout cela est en train d'être mis en place», explique-t-on.
 
Pour les collégiens et lycéens, le ministère de l'Education nationale a pris les devants: la vaccination doit débuter mercredi mais elle se fera par étapes, tous les établissements n'étant pas concernés ou prêts dès le premier jour. Il est donc conseillé de se renseigner, précise-t-on rue de Grenelle.