Qui sont les amis de Treiber? Que risquent-ils?

34 contributions
Publié le 22 novembre 2009.

CAVALE - 20minutes.fr fait le point...

Combien de personnes ont aidé Jean-Pierre Treiber pendant sa cavale?
On ne le sait pas exactement. Mais quatre personnes ont été mises en examen dimanche pour «recel de malfaiteurs», deux d'entre elles étant écrouées et les deux autres placées sous contrôle judiciaire.

Qui sont les quatre présumés complices de Jean-Pierre Treiber?
Michel Huys, 57 ans, et Régis Charpentier, 53 ans, sont considérés comme les «plus impliqués».

Michel Huys, un ancien collègue de Treiber à l'époque où ce dernier était garde-forestier dans l'Essonne, aurait agi «par amitié» selon le parquet.

En revanche, Régis Charpentier, se présentant comme «un mandataire pour la reprise d'entreprises en difficulté», est connu des services de police, pour une affaire de proxénétisme remontant à 1985. Il aurait tenté de «négocier des droits d'auteur et des droits à l'image de M. Treiber auprès de différents intermédiaires», pendant la période où il l'hébergeait à Melun.

Il y a aussi Christian Top, 53 ans, et la femme de Michel Huys, Marie-Thérèse Fournier, 60 ans. Lesquels ont été tous deux libérés et placés sous contrôle judiciaire.

Comment ont-ils «aidé» Treiber?

Michel Huys a d'abord logé le fugitif, en cavale depuis le 8 septembre, dans sa ferme des Ecrennes (Seine-et-Marne), dès le 10 octobre. Puis, à partir du 8 novembre, Treiber a été hébergé dans un appartement inoccupé de Melun, loué au nom de la fille de Régis Charpentier. Il y a été interpellé le 20 novembre.

Marie-Thérèse Fournier, la compagne de Huys, a également accueilli le fugitif.

Que risquent ces quatre présumés complices?
Accusés de «recel de malfaiteurs», ils risquent jusqu’à trois ans de prison. Et 45.000 euros d'amende. N'étant pas de la famille de Treiber, ils ne bénéficient pas de la disposition légale qui exonère les proches aidant un détenu en cavale.

Reste que, selon l’avocat pénaliste Jean-Félix Luciani, interrogé par l’AFP, «les juges sont souvent mal à l'aise pour sanctionner l'hospitalité, et les sanctions réelles vont beaucoup dépendre de la personnalité de ces personnes, de leur intention, et de l'étendue de leur aide».

>> Retrouvez le parcours de la cavale de Jean-Pierre Treiber sur notre GoogleMap
A. A.
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr