Trois Afghans de France reconduits par avion en Afghanistan

IMMIGRATION – Le ministre Eric Besson l’a annoncé mercredi matin sur Europe 1...

B.D. avec agence

— 

A l'aéroport de Lesquin, près de Lille, des manifestants s'opposent au retour de force de sans-papiers afghans, le 20 octobre 2009

A l'aéroport de Lesquin, près de Lille, des manifestants s'opposent au retour de force de sans-papiers afghans, le 20 octobre 2009 — REUTERS/Pascal Rossignol

Mardi soir, il y a finalement bien eu un «charter de la honte», comme les appellent les associations de défense des droits des étrangers. Et le ministre de l'Immigration, Eric Besson, a annoncé ce mercredi matin sur Europe 1 que des reconduites forcées auraient désormais lieu tous les mardis soir.

Le ministre a expliqué qu'un vol groupé franco-britannique «spécialement affreté» avait décollé de Roissy vers minuit avec trois Afghans en situation irrégulière en France, la nuit dernière. «Il a failli y en avoir quatre, et j’ai demandé à la dernière minute, parce que je voulais que toutes les précautions soient prises, qu’on ne reconduise pas un quatrième, parce que j’estimais que toutes les conditions n’étaient pas réunies», a-t-il précisé à Jean-Pierre Elkabbach.

«Pas de risque pour eux», selon Eric Besson

L'avion, en provenance de Londres, a fait escale à Roissy pour embarquer les trois personnes, a précisé le ministère. L'avion devrait arriver en Afghanistan «dans l'après-midi». Eric Besson a précisé que ces trois hommes, interpellés près de Vintimille (frontière franco-italienne), dans le square Villemin à Paris (Xe) et dans la jungle de Calais (Pas-de-Calais), étaient «originaires de la région de Kaboul, zone où il n'y a pas de risque pour eux».

«Un fonctionnaire français se trouve à Kaboul» pour les accueillir et ils bénéficieront «d'un accompagnement individualisé», a précisé Eric Besson

Le directeur général de France Terre d'Asile, Pierre Henry, a dénoncé sur I-Télé la «duplicité» du ministre de l'Immigration. «Le ministère a joué sur les mots» a-t-il déclaré alors qu'hier soir, France Terre d'Asile avait annoncé avoir réussi à obtenir l'annulation du charter. «Je suis scandalisé par cette décision», s'est-il exclamé.

Mardi, l'annonce d'un retour forcé vers l'Afghanistan de seize migrants avait mobilisé associations et personnalités politiques.