Christiane Chocat, conseillère municipale de Lumigny-Nesles-Ormeaux (Seine-et-Marne) est une femme sans histoire. C'est ainsi que la décrit son mari. Pourtant, le 1er octobre dernier, la police a découvert seize clandestins vietnamiens cachés à l'arrière de son véhicule. Elle était alors à Portsmouth, en Grande-Bretagne, accompagnée de son fils de 20 ans.
 
Trompée par son fils
 
Emprisonnés depuis leur arrestation, la mère et son fils comparaîtront le 16 novembre prochain pour trafic d'êtres humains. Selon son époux, Christiane Chocat «avait accumulé ces derniers mois d'importants crédits et montrait des signes de fragilité psychologique», rapporte RTL.
 
Son fils était, lui, passionné par le monde asiatique et habitait le quartier chinois, dans le XIIIème arrondissement de Paris. La conseillère municipale «aurait été dupée» par son fils, déclare le mari à Lci.fr. «Il a du avoir des problèmes. Il ne voit pas plus loin que le bout de son nez et a du se faire avoir», confit le père à RTL. Ils risquent jusqu'à sept ans de prison.

 

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé