Le porno, une affaire de couple

SOCIETE Selon une première étude sur la question, le film X se regarde désormais à deux...

A. A. et V. V.

— 

 

  — no credit

Le film X n'est plus réservé à une minorité masculine et apparaît comme un phénomène intégré à la vie sexuelle des Français, au point que le visionnage n'est plus une expérience honteuse et solitaire, mais une vraie affaire de couple. C'est la conclusion d'un sondage Ifop réalisé pour le groupe Marc Dorcel, leader français de la production pornographique qui fête ses 30 ans.
 
Cet «observatoire de la pornographie» rendu public ce mercredi est le premier réalisé en France, selon François Kraus, chargé de l'étude à l'Ifop. Il révèle que «le X fait partie désormais des moyens d'activer la libido au sein du couple, en cassant la routine, toutes tranches d'âge et catégories sociales confondues».
 
«Le mythe du téléspectateur honteux et célibataire est battu en brèche»
 
Ainsi, 57% des personnes, interrogées dans l'isolement d'un questionnaire en ligne «pour une plus grande sincérité», indiquent avoir déjà visionné en couple un film X. Les femmes admettent en voir plus facilement avec leurs partenaires (59%) que toutes seules (50%).
 
«Le mythe du téléspectateur honteux et célibataire est battu en brèche. Sept Français sur dix sont dispos pour regarder un film ensemble», indique à 20 Minutes François Kraus.
 
«On est dans un phénomène de société. Le porno est désormais inscrit dans le marbre. L'étude nous a étonnés. Le film X n'est plus réservé à un ghetto "célibataires" mais bien à tous. Y compris aux femmes qui sont de plus en plus consommatrices. Cela devient un divertissement inscrit dans le couple», renchérit Grégory Dorcel, DG de la société éponyme.

«Les résultats de l'enquête vont dans le sens de Dorcel»
 
Les conclusions de l'enquête sont toutefois à prendre avec des pincettes selon Olivier Ghis, rédacteur en chef du Journal du Hard, interrogé par 20 Minutes: «La production de films destinés aux femmes n'est pas suffisante.» Ce que sait bien Canal+ qui, depuis l’année dernière, Canal + a ouvert sa case fesses du samedi, à minuit, aux femmes en faisant bosser des réalisatrices comme Helena Noguerra ou Arielle Dombasle sur le genre du porno.

Pour la productrice, Sophie Bramly, confier la réalisation de films X à des femmes a permis de combler un manque: «Soit on a des pornos faits par des hommes dans lesquels la femme ne se reconnaît pas, soit on a des films érotiques qui sont récupérés par l’imagerie publicitaire.»

Quant aux résultats de l'enquête, ils «vont dans le sens de Dorcel, reprend Olivier Ghis. Ils disent que les femmes sont un nouveau marché. Mais en fait, c'est le seul marché qui ne soit pas bouché!»

Et vous, avez-vous déjà regardé un film porno en couple? Dites-le nous ci-dessous...

Méthode

Enquête réalisée par l'Ifop du 30 juin au 2 juillet auprès d'un échantillon de 1.016 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas, interviews par questionnaire auto-administré en ligne.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.