Une trace d'ADN pouvant appartenir Jean-Pierre Treiber, le principal suspect dans l'assassinat de Géraldine Giraud et de son amie Katia Lherbier, vient d'être retrouvée sur un sous-vêtement de l'une des victimes, a annoncé mercredi à l'AFP, Me Geneste avocat de la famille Lherbier.
Une trace d'ADN pouvant appartenir Jean-Pierre Treiber, le principal suspect dans l'assassinat de Géraldine Giraud et de son amie Katia Lherbier, vient d'être retrouvée sur un sous-vêtement de l'une des victimes, a annoncé mercredi à l'AFP, Me Geneste avocat de la famille Lherbier. - Pierre Andrieu AFP

Il était toujours introuvable ce mercredi matin. Jean-Pierre Treiber, seul suspect dans l'affaire du double meurtre en 2004 de Géraldine Giraud et de son amie Katia Lherbier, s'est évadé de façon spectaculaire, mardi matin de la prison d'Auxerre, a indiqué le procureur de la République, François Pérain. Il devait comparaître au printemps 2010 devant la cour d'assises de l'Yonne.

Il était activement recherché ce mercredi matin dans une forêt de l'Yonne, a annoncé le Parquet. Une centaine de gendarmes ont repris les recherches très tôt dans la région de Bonnard, près de la forêt d'Othe, zone forestière bien connue par l'évadé, Jean-Pierre Treiber, un ancien garde forestier, a indiqué le procureur de la République, François Pérain. «C'est la principale idée pour le retrouver, mais on n'écarte pas l'hypothèse qu'il ait déjà quitté le département de l'Yonne», a-t-il ajouté.

Dissimulé dans un carton

Selon le procureur d'Auxerre, le détenu qui «travaillait» dans un atelier de la prison se serait «dissimulé vers 10h30 dans un carton qui faisait partie d'un chargement d'un camion destiné à une commune de l'Yonne.» Le chauffeur du véhicule «ne s'est pas aperçu de la présence de l'évadé, mais a constaté un trou dans la bâche et des cartons écrasés» à l'intérieur de son camion lorsqu'il est arrivé à destination, a ajouté le Procureur.

La direction centrale de la police judiciaire diligentera l'enquête pénale selon le procureur alors que l'inspection générale des services pénitentiaires saisie dans la soirée, mardi, par la ministre de la Justice, sera chargée de l'enquête administrative. Me Francis Szpiner, avocat de la famille Giraud, réagissant mardi soir sur iTélé à l'évasion de Jean-Pierre Treiber s'est étonné «du temps qu'il a fallu entre le moment où M. Streiber s'est évadé et le moment où cette évasion a été constatée».

Pour l'avocat parisien «l'important est maintenant d'appréhender Jean-Pierre Treiber et je suis convaincu que les forces de gendarmerie mettront rapidement la main dessus et que le procès qui est prévu pour avril 2010 devant la cour d'assises d'Auxerre se tiendra bien» a-t-il ajouté.

Il clame son innocence

L'avocat s'est également étonné quele suspect «qui se déclare innocent, ait préféré se dérober (pour) ne pas se présenter devant ses juges». L'ancien garde-forestier Jean-Pierre Treiber a été renvoyé devant les assises d'Auxerre pour «enlèvements et assassinats» alors que la tante de la comédienne, Marie-Christine Van Kempen, mise en examen pour «complicité d'assassinats», a elle bénéficié d'un non-lieu.

C'est dans sa propriété à Villeneuve-sur-Yonne (Yonne), que les corps de Géraldine, 36 ans, et Katia, 32 ans, avaient été retrouvés le 9 décembre 2004, ensevelis au fond d'un puisard. Malgré des éléments à charge accablants - il avait notamment utilisé les cartes bancaires des deux victimes - , Treiber, écroué depuis le 25 novembre 2004, n'a jamais cessé de clamer son innocence.


AUTRE EVASION

Un autre détenu dangereux s'est évadé mardi d'un établissement pénitentiaire de l'Yonne, une heure avant Jean-Pierre Treiber, sans qu'il y ait apparemment de lien entre les deux évasions, selon le Procureur d'Auxerre. Mohamed Amrami, 39 ans, qui purgeait une peine de 18 ans de réclusion criminelle pour un braquage avec tentative de meurtre, s'est en effet volatilisé du centre de détention de Joux-la-Ville (Yonne) à bord d'un camion vide dont la bâche avait été découpée, selon le procureur. La section de recherche de la gendarmerie de Dijon a été chargée de l'enquête.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé