L'UMP profite de la baisse de la TVA pour envoyer des tracts aux restaurateurs

POLITIQUE Un geste qui n'est pas du goût de tout le monde...

C. F.

— 

Déjà dimanche, la ministre de l'Economie Christine Lagarde s'était interrogée sur "la pertinence" de ces systèmes de rémunération et Xavier Bertrand a indiqué mardi que l'UMP présenterait des propositions sur les stock-options qui "iront très loin".

Déjà dimanche, la ministre de l'Economie Christine Lagarde s'était interrogée sur "la pertinence" de ces systèmes de rémunération et Xavier Bertrand a indiqué mardi que l'UMP présenterait des propositions sur les stock-options qui "iront très loin". — Mehdi Fedouach AFP/Archives

Le courrier date du 5 mai dernier, mais la polémique ressurgit à l'occasion de l'entrée en vigueur de la baisse de la TVA dans la restauration ce mercredi. L'UMP a adressé à l'ensemble de la profession un courrier dans lequel était glissé un bulletin d'adhésion.

Sur les 120.000 restaurateurs français, le parti de la majorité a pour l'instant glané plus de 350 adhésions, selon Dominique Paillé, joint par 20minutes.fr. A ceux qui l'accusent de clientélisme, le porte-parole de l'UMP répond que «ça fait plus de dix ans que les restaurateurs attendaient cette mesure. Nous sommes arrivés en 2007 en menant à bien des engagements de nos prédécesseurs sur la question.»

Martine Aubry et les 35 heures

L'UMP assume donc «avec fierté» cette démarche, estimant pouvoir récolter les fruits d'une mesure obtenue grâce à l'opiniâtreté de Nicolas Sarkozy et toujours soutenue par le parti du Président.

Certains restaurateurs ne le voient pas du même oeil. «Si Martine Aubry avait envoyé un bulletin d’adhésion au PS à tous les salariés de France après avoir obtenu le passage aux 35 heures, tout le monde aurait crié au sandale», insiste l’un d’eux sur France Info.

«Si elle l'avait fait, Martine Aubry n'aurait sans doute pas eu beaucoup d'adhésions dans la mesure où les salaires avaient été bloqués en contrepartie des 35h», raille Dominique Paillé.

 

Mots-clés :