Twitter, le roi du micro-blogging
Twitter, le roi du micro-blogging - Twitter.com

Voilà les faits tels qu'ils sont présentés sur Internet: Romain, étudiant en école multimédia, galère pendant son examen de Flash (un logiciel de création d’animations) ce vendredi matin. Comme il a Twitter sous la main, le jeune homme lance un appel au secours, vers 10 heures du matin: «En partiel de Flash, qui veut m’aider ?». Soymalau, lui répond. S’en suit une conversation sur Internet, qu’on peut lire sur le blog «Les enfants de la pub».

«Pour 300 €, je ne téléphone pas à ton école»

Romain demande à Soymalau de lui réaliser sept animations contre 100 euros. Il envoie une photographie des consignes à son interlocuteur via son iPhone, attendant une réponse (cf. photographie, retransmise par Soymalau). Mais la seule réponse de Soymalau sera -avec humour précise-t-il-: «ce qui serait encore mieux, c’est 300 € pour que je ne téléphone pas tout de suite à l’école en leur balançant les photos et le résumé du chat qu’on vient d’avoir». Romain n’y croit pas, «le chantage ça ne marche pas avec moi».



C’est pourtant ce que fait Soymalau, et que l’on peut lire sur son compte Twitter. «Pour ceux qui me demandent: oui, j'ai vraiment appelé l'école multimédia. La fille à l'accueil était cool, elle voyait qui était Romain.» «Elle était assez décontenancée d'ailleurs, en mode "ben... je sais pas quoi faire maintenant, est-ce que j'y vais tout de suite ou bien..."».

«Au début, j'étais prêt à l'aider...»

Quant à une telle démarche de délation, Soymalau explique à 20Minutes.fr «au début, j'étais prêt à l'aider, quitte à mettre une indication au prof dans le code source, pour qu'il voit que son étudiant a triché. Je trouve assez surprenant que des étudiants puissent avoir accès à Internet durant un examen. Mais quand Romain a commencé à me proposer de l'argent, ça m'a gêné. Toute cette histoire, pour moi, c'était pour rigoler. En revanche, si l'école me demande des preuves, je ne pense pas que je perdrai du temps pour ça...»

Romain a depuis supprimé toute trace de cette histoire sur son compte, et on ne sait pour le moment pas s’il encourt des sanctions. Jamila, coordinatrice pédagogique de son école, confirme avoir reçu l’appel du blogueur. «L’étudiant était déjà parti à ce moment là. Je vais donc le convoquer lundi pour en parler avec lui, et on avisera. Pour le moment, je n’ai aucune preuve de ce qui a été avancé.» Sur internet pourtant, des capture-écrans circulent. Reste à savoir si elles sont authentiques ou s'il s'agit d'un vaste canular.

Contacté par 20Minutes.fr, Romain parle, lui, d'une «petite mascarade montée de toute pièce».

 

Mots-clés :