Obama souhaite la création d'un Etat palestinien et la fin de la colonisation

MOYEN-ORIENT Le président américain l'a affirmé en marge de sa rencontre avec le leader palestinien Mahmoud Abbas, tout en temporisant...

J.M. avec agence

— 

Le nouveau président américain Barack Obama, investi mardi, a plongé mercredi dans la crise au Proche-Orient, où Israël a mis fin à une vaste offensive à Gaza, en multipliant les appels aux dirigeants de la région.

Le nouveau président américain Barack Obama, investi mardi, a plongé mercredi dans la crise au Proche-Orient, où Israël a mis fin à une vaste offensive à Gaza, en multipliant les appels aux dirigeants de la région. — David Furst AFP/Archives

Barack Obama met la pression sur Israël. Le président américain a plaidé jeudi pour la création d'un Etat palestinien et la fin de la colonisation. Il a cependant reconnu les «réalités politiques» auxquelles fait face le gouvernement israélien pour refuser de fixer des échéances.

Mahmoud Abbas n'a pas de temps à perdre

Le leader palestinien Mahmoud Abbas, qu'il recevait pour la première fois à la Maison Blanche, venait pourtant d'affirmer l'urgence de progrès pour résoudre le conflit israélo-palestinien, en déclarant que «le temps est un facteur essentiel».

Mahmoud Abbas aurait remis à Barack Obama un document contenant des idées pour la relance du processus de paix israélo-palestinien. «Ce document ne sort pas du cadre de la Feuille de route et de l'Initiative de paix arabe. Il contient des idées pour la mise en place de mécanismes d'application de ces deux plans», a déclaré le dirigeant palestinien. Un de ses collaborateur a assuré que «le président Obama a promis d'étudier ce document».

Pas gagné d'avance

«Je crois fermement à une solution à deux Etats», avec un Etat palestinien qui coexisterait avec Israël, a assuré Barack Obama. Le président américain a par ailleurs affirmé avoir été «très clair quant à la nécessité d'arrêter la colonisation» quand il a reçu le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le 18 mai à la Maison Blanche.

Les deux questions représentent un sérieux différend entre les gouvernements américain et israélien. Rompant avec son prédécesseur Ehud Olmert, Benjamin Netanyahu a longtemps refusé d'entendre parler d'Etat palestinien, et s'est bien gardé de l'évoquer lors de la rencontre avec Barack Obama le 18 mai, malgré la pression américaine. S'il a pour la première fois parlé d'un «Etat palestinien» dimanche, ce fut pour exprimer ses «réserves» à son sujet.