Capture d'écran de la vidéo qui montre une supposée agression dans un bus de nuit de la RATP
Capture d'écran de la vidéo qui montre une supposée agression dans un bus de nuit de la RATP - DR

La vidéo a mystérieusement surgi ce lundi sur le web français. Le 7 décembre dernier, dans un bus Noctilien de Paris, plusieurs individus filmés par une caméra de suveillance agressent violemment un jeune homme après lui avoir subtilisé son porte-monnaie. Les violences durent plusieurs minutes, sans que le chauffeur de bus n'intervienne.

D’après nos informations, la RATP a ouvert lundi soir une enquête interne pour déterminer si la vidéo provenait bien de la vidéosurveillance de la régie de transports. S'il est avéré que la fuite vient de l'entreprise (bref, si ce n’est pas un «fake» comme le dénonçaient de nombreux internautes), la RATP devrait porter plainte contre X.

Un policier paniqué

Mais la fuite pourrait bien venir de la préfecture de police. La première source identifiée à ce jour est un jeune policier qui a posté la vidéo sur son Facebook le 17 décembre, soit 10 jours après l’agression. La préfecture de police de Paris dit enquêter sur ce dossier et précise que «les policiers sont astreints au secret de l'enquête et à la confidentialité des élements de procédure dont fait parti la vidéo».

Contacté par 20minutes.fr, le policier qui a posté la vidéo sur son Facebook est paniqué: «Je vais retirer tout de suite la vidéo. Si l'IGS [la police des polices, ndlr] est au courant, je perds mon emploi». La séquence a été retirée vers midi ce mardi et son compte Facebook fermé peu après.

Mais comment la vidéo a t-elle ressurgi? Ce sont les mystères du «buzz» Internet, qui transforme une vidéo à usage privé en un phénomène viral. «Je ne pensais pas qu'autant de monde verrait la vidéo, nous explique le policier. Elle était juste destinée à mes amis». Mais pas de chance, la séquence a explosé sur le web ce lundi, reprise sur le turbulent forum 15-18 ans de jeuxvideo.com. Le fil de discussion a été depuis supprimé.

Le syndicat Sud veut des explications

Depuis, YouTube et Dailymotion retirent quasi systématiquement la vidéo dès qu’elle est mise en ligne par un internaute. Mais comme souvent en de pareils cas, la séquence est maintenant sur des sites de vidéos étrangers, notamment russes, beaucoup moins regardants sur les images. De nombreux sites d’extrême-droite, comme le très influent François Desouche ont repris la séquence à des fins politiciennes, parlant de «chasse aux blancs».

De l’autre côté du spectre politique, le syndicat Sud-RATP, proche de l’extrême-gauche, exige des explications. Philippe Touzet, délégué du syndicat, déclare à 20minutes.fr qu’«il est inquiétant qu’une telle vidéo puisse être mise à la disposition de tout le monde sur Internet, d’autant que les visages ne sont pas floutés». «Les effectifs de sécurité sont très largement insuffisants dans les Noctiliens», dénonce Philippe Touzet qui a envoyé un mail lundi soir à sa direction, avec un lien vers la vidéo.

Le syndicaliste précise qu'il est normal que le chauffeur de bus n'ait pas bougé: «Nous avons pour consigne de ne pas quitter le poste de conduite: un chauffeur qui le ferait s'exposerait à ne pas se voir reconnaître un éventuel accident de travail».

>> En raison de débordements systématiques, nous nous voyons contraints de fermer cet article aux commentaires. Si vous avez des infos ou des témoignages intéressants, n'hésitez pas à nous les envoyer au 33320@ 20minutes.fr

 

Mots-clés :