Journée d'action du 19 mars: le privé s'y met

GREVE Le point sur les secteurs qui vont se mobiliser...

Julien Ménielle

— 

Le mouvement social du 19 mars.

Le mouvement social du 19 mars. — IDE

Il y a eu le 29 janvier, place au 19 mars. Une journée d'action a été décidée par l'intersyndicale qui était déjà à l'origine du premier mouvement. Déçus par les annonces de Nicolas Sarkozy dans son allocution «Face à la crise», pas plus convaincus par celles du sommet social du 18 février, les huit principaux syndicats appellent à remettre le couvert. Cette fois, qui sera dans la rue? 20minutes.fr fait le point sur les secteurs qui prévoient de se mobiliser.

>>> La liste des manifestations, c'est par ici et la googlemap des cortèges CFDT, c'est par là.

Les transports

A la RATP, quatre syndicats sur huit (CGT, CFDT, FO, Sud) ont déposé des préavis de grève pour la journée interprofessionnelle, les autres syndicats privilégiant le transport des manifestants en Ile-de-France. La régie communiquera ses prévisions de trafic au moins 24 heures à l'avance, en vertu de la loi sur le service minimum.

A la SNCF, les huit syndicats ont convenu de déposer un préavis national.

Huit syndicats d'Air France «invitent l'ensemble des salariés d'Air France à une nouvelle journée de grève et de mobilisation en métropole et dans les départements d'Outre-mer». La direction ne prévoit cependant «a priori aucune perturbation» du trafic.

L'Union des transports publics et ferroviaires (UTP) a déposé des préavis de grève, allant de 55 minutes à 24 heures dans les réseaux de transports urbains de 90 villes, contre 77 le 29 janvier dernier, où le trafic avait été assuré à 50%.

L'éducation

Les sept fédérations de l'Éducation «entendent s'inscrire pleinement dans la journée d'action du 19 mars et appellent les personnels à en assurer la réussite, notamment en préparant grèves et manifestations».
La Ville de Paris a demandé aux parents de ne pas envoyer leurs enfants en classe ce jour-là, malgré l'application du Service minimum d'accueil (SMA) dans les écoles. Tous les personnels «de la maternelle à l'université» étaient déjà conviés à manifester partout en France dans le cadre du mouvement universitaire. «Une étape dans la préparation du 19», selon Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU.

Le syndicat national unitaire des personnels de direction de l'Education nationale (Snupden-FSU) appelle également les personnels de direction, «actifs ou retraités», à participer massivement aux manifestations.

La santé

Onze syndicats dont les fédérations hospitalières appellent l'ensemble des salariés de la Santé Publique, des secteurs sanitaires, sociaux et médico-sociaux à participer au mouvement pour la défense de l'emploi, du pouvoir d'achat, et des services publics face à la crise.

Le secteur public

Face à la révision générale des politiques publiques (RGPP), les organisations syndicales de la fonction publique appellent à se joindre à la journée d'action, «y compris par la grève et les manifestations, comme modalités d'action». Elles apportent également leur soutien aux revendications des organisations syndicales de la Fonction Publique dans les DOM.

L'intersyndicale (CGT, CFDT, Sud, FO et CFTC) appelle les salariés de la Poste à la grève, notamment pour protester contre la future transformation en société anonyme.

Les six organisations syndicales de France Télécom appellent les salariés du groupe à participer à la journée interprofessionnelle d'action. Elles estiment que leurs exigences du 29 janvier «restent posées, tant au niveau du gouvernement que du patronat». En janvier, ils avaient notamment demandé que la crise ne soit pas à France Télécom «le nouveau prétexte utilisé pour opérer de nouvelles restructurations, poursuivre la sous-traitance et les délocalisations au profit de la rémunération des actionnaires».

Le secteur de l'énergie (EdF, GdF-Suez...) se mobilise également avec l'appel lancé par sept syndicats.

Les journalistes

Dénonçant les «plans sociaux» et autres «séparations "à l’amiable"» dans les médias, les fédérations syndicales de journalistes appellent les professionnels du secteur à «faire entendre leurs voix» par des grèves et des manifestations pour le pouvoir d'achat et une retraite décente, et contre la précarité.

Des préavis de grève ont été déposés à France Télévisions, Radio France et Radio France Internationale (RFI) pour le 19 mars, dans le cadre de la journée interprofessionnelle, pour demander notamment un «financement pérenne» de l'audiovisuel public et dénoncer le plan social à RFI.

Le privé

L'ensemble des fédérations syndicales des banques et des sociétés financières et de bourse «appellent les salariés et les retraités du secteur à participer massivement» à la journée d'action, comme le 29 janvier dernier.

Du côté des professionnels de la vente, CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT et FO ont appelé «les VRP, technico-commerciaux, cadres de la vente, vendeurs à domicile et autres commerciaux à se mobiliser le 19 mars prochain et à participer aux initiatives et manifestations».

Des appels à cesser le travail sont lancés chez Renault et Peugeot, allant d'un syndicat sur certains sites à une intersyndicale complète sur d'autres.

Plus que jamais après la suppression de 555 postes, mercredi, la Coordination des syndicats CGT de Total a confirmé son appel à la grève de 24 heures pour la journée du 19 mars.

Des appels à la grève visent d'autres géants du privé: Saint-Gobain, Auchan et Carrefour.

Chez Rhodia, la CGT appelle à la grève contre des «mesures de flexibilité», et affirme que six cars partiront en manifestation de l'usine de Saint-Fons (Rhône) contre cinq le 29 janvier, pour rejoindre des salariés d'autres groupes chimiques, Bluestar et Arkéma.

Des usines sont déjà en grève en raison de licenciements annoncés, comme GlaxoSmithKline à Evreux et Faurecia dans le Pas-de-Calais.

Les associations et les politiques

Les Alternatifs, le NPA, le PCF, le PCOF, le Parti de gauche, le PS, MRC, La Fédération, la Coordination nationale des collectifs unitaires (CNCU),Alternative Démocratie Socialisme (ADS), Alter-Ekolos-Ecologie Solidaire, Association des communistes unitaires (ACU) ont signé un texte appelant à «une très grande journée de protestation et de propositions, plus forte encore que celle du 29 janvier».

Le mouvement «Ni pauvre, ni soumis», regroupant une centaine d'organisations du champ du handicap, de la maladie et du secteur sanitaire et social appelle à rejoindre à nouveau à Paris le 19 mars le mouvement social pour témoigner de toutes les détresses oubliées.

L'Union Nationale Interprofessionnelle des Retraités Solidaires (UNIRS) appelle à participer aux manifestations dans tous les départements le 19 mars.

La Confédération Paysanne Languedoc - Roussillon appelle les paysans à participer aux défilés.

«Faire les courses devient pour beaucoup d’entre nous un véritable parcours du combattant.» L'Association pour l'information et la défense des consommateurs salariés (Indecosa-CGT) réclame un effort sur les salaires et le pouvoir d'achat et sera aussi de la partie.

Les revendications de l'intersyndicale pour la journée interprofessionnelle
Défendre l'emploi privé et public,
Lutter contre la précarité et les déréglementations économiques et sociales,
Exiger des politiques de rémunération qui assurent le maintien du pouvoir d'achat des salariés, des chômeurs et des retraités et réduisent les inégalités,
Défendre le cadre collectif et solidaire de la protection sociale, des services publics de qualité.

Une réunion est prévue le 20 mars 2009 à 8h.

Mots-clés :