Nathalie Kosciusko-Morizet, de l'écologie au numérique

18 contributions
Publié le 15 janvier 2009.

PORTRAIT - Qui est la future secrétaire d'Etat à la prospective et au développement de l’économie numérique...

C’est peut-être la seule vraie surprise du mini-remaniement: Nathalie Kosciusko-Morizet a été nommée secrétaire d’Etat à la Prospective et au Développement de l’économie numérique, éclipsant ainsi Bruno Retailleau, largement évoqué ces derniers jours.

Surprise, car l’étoile montante de l’UMP délaisse son domaine de prédilection en quittant son poste de secrétaire d’Etat à l’Ecologie. Experte reconnue des questions liées à l’environnement, cette polytechnicienne et ingénieur du Génie rural et des Eaux et forêts a en effet multiplié les missions dans l’écologie. Brièvement conseiller technique pour l’écologie et le développement durable au cabinet de Jean-Pierre Raffarin, elle préside dès 2002 le groupe d’études parlementaires sur la santé et l’environnement. En 2005-2006, elle est le rapporteur de la mission d’information parlementaire sur l’effet de serre. Sa position au sein de l’UMP est renforcée quand elle en devient secrétaire générale adjointe en mars 2008.

Si elle s’amuse avec son amie Rachida Dati en prétendant faire partie du G2 de Nicolas Sarkozy (référence au G7 de Nicolas Sarkozy), elle s’est en effet illustrée en s’en prenant plus qu’ouvertement à son ministre de tutelle, Jean-Louis Borloo, et à Jean-François Copé.


Les foudres de François Fillon


En avril 2008, dans un entretien au «Monde», NKM avait en effet déclaré en avoir «marre d’être confrontée à une bande de lâches», évoquant les membres de la majorité. «Il y a un concours de lâcheté et d’inélégance entre Jean-François Copé, qui essaie de détourner l’attention pour masquer ses propres difficultés au sein du groupe, et Jean-Louis Borloo, qui se contente d’assurer le minimum», avait-elle rajouté. Virulence résultant de l’adoption, dans la nuit du 2 au 3 avril, d’un amendement d’André Chassaigne (PCF), qui vise à protéger «les zones de productions de qualité sans OGM». Cet emportement lui avait attiré les foudres de François Fillon qui avait exigé d’elle qu’elle fasse des excuses publiques avertissant que sinon «on en tirera toutes les conséquences». Episode difficile pour NKM qui lui avait néanmoins valu d’attirer la sympathie de Nicolas Hulot notamment, mais aussi de «Charlie Hebdo» qui l’avait alors surnommée «notre kopine de la majorité».

Surprise aussi, car le frère de NKM n’est autre que le PDG du site de commerce Price Minister, et surtout, président depuis juillet 2008 de l’Association française pour le commerce et les services en ligne PriceMinister . Ses fonctions faisant de lui l’interlocuteur principal du ministère, difficile d’imaginer la future nature des relations entre NKM et son lobbyiste de frère. Pierre Kosciusko-Morizet avait par ailleurs largement fustigé Frederic Lefebvre quand ce dernier avait été évoqué pour prendre les fonctions de secrétaire d’Etat chargé du Numérique. «C’est une mauvaise nouvelle […]. Il ne connaît absolument pas l’Internet», avait-il affirmé à l’Express.fr.

Réactivité du Web oblige, les premières réactions sur les blogs et autres sites de réseau sociaux témoignent tout de même d’une certaine bienveillance. «Bienvenue à NKM, tête bien faite, femme agréable et soeur de qui vous savez», peut-on lire sur le compte twitter d’un blogueur influent. Reste à savoir si elle sera capable de donner une définition du Web 2.0.
Elle.

Nadia Daam
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr