Nouveau décès d'un enfant après une «erreur» dans un hôpital

SANTE Un bébé de 6 mois est décédé à l'hôpital Necker à Paris, l'infirmière était grippée...

Avec agence

— 

"Lorsque l'autre équipe s'est aperçue de l'erreur, le médecin de garde a appelé le Samu des Yvelines qui a transféré l'enfant en réanimation à l'hôpital Necker", où il est décédé vendredi après-midi, a précisé M. Gouriou.

"Lorsque l'autre équipe s'est aperçue de l'erreur, le médecin de garde a appelé le Samu des Yvelines qui a transféré l'enfant en réanimation à l'hôpital Necker", où il est décédé vendredi après-midi, a précisé M. Gouriou. — Jean-Pierre Muller AFP/Archives

Cette fois-ci, c’est  le ministère de la Santé qui l’a annoncé lui-même. Un bébé de 6 mois est décédé à l'hôpital Necker à Paris à la suite d'une «suspicion d'erreur» intervenue à l'hôpital de pédiatrie et de rééducation de Bullion (Yvelines). Et ce neuf jours après un autre incident mortel survenu dans un hôpital parisien.

Selon les premières conclusions de l'enquête, l'accident serait dû à un «mauvais réglage du débit de la pompe à perfusion de l'enfant, survenu au moment du changement de cette dernière», précise le ministère, qui dit avoir été informé de ce décès vendredi.

En attente d'une greffe de l'intestin

Le directeur de l'hôpital de Bullion a reconnu auprès de l'AFP «une erreur» de dosage d'une perfusion, commise jeudi dans son établissement par deux membres du personnel.

Yannick Gouriou, le directeur de l'établissement où le bébé était hospitalisé depuis le mois de septembre «pour des soucis intestinaux», a présenté «ses excuses» à la famille et assuré «compatir à la douleur des parents».

Une infirmière «très grippée»

«Le 1er janvier, vers 13h, une infirmière et une auxiliaire puéricultrice étaient chargées de changer la perfusion de l'enfant, qui se trouvait en attente d'une greffe de l'intestin», a-t-il expliqué. «Il fallait régulièrement perfuser l'enfant qui disposait d'un cathéter. Les deux personnels devaient régler la vitesse du dosage mais ont commis une erreur en validant une vitesse trop importante d'écoulement du substitut alimentaire», a-t-il détaillé.

Selon Yannick Gouriou, «l'infirmière, qui était très grippée ce jour-là, a validé, en appuyant sur la touche de l'appareil, l'action de l'auxiliaire puéricultrice». «Lorsque l'autre équipe s'est aperçue de l'erreur, le médecin de garde a appelé le Samu des Yvelines qui a transféré l'enfant en réanimation à l'hôpital Necker» à Paris (15e), où le décès est survenu le lendemain, vendredi 2 janvier, vers 16h30, a-t-il ajouté.

La Ddass envoyée sur place pour une enquête

«Aujourd'hui, l'infirmière, qui souffre terriblement de son erreur, est en arrêt maladie à cause de sa grippe et nous avons demandé à l'auxiliaire puéricultrice de ne pas venir travailler aujourd'hui», a-t-il poursuivi, expliquant qu'elle devrait être réorientée dans un autre établissement.

Les parquets de Versailles et de Paris ont été saisis de l'affaire et la Ddass (Direction départementale des affaires sanitaires et sociales) des Yvelines a «immédiatement été envoyée» sur place pour enquêter. La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, «a adressé ses condoléances profondément attristées aux parents de l'enfant et s'associe à leur douleur».


Yliès La direction de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a reconnu ce samedi que la mort du petit Yliès le 24 décembre s'était produit à la suite d'une erreur d'acheminement du médicament dans l'hôpital, entre la pharmacie et le service concerné. Le petit garçon de 3 ans avait été admis à Saint-Vincent-de-Paul (Paris 14e) pour une angine pour laquelle une infirmière lui aurait administré par erreur du chlorure de magnésium.

Mots-clés :