SNCF: pourquoi les incidents de caténaire sont si nombreux

TRANSPORTS Manque de personnel et d'entretien pour les uns, vétusté pour les autres...

C. F. et A. C (avec agence)

— 

Après une série noire de pannes affectant le réseau, la SNCF a promis de contrôler pendant un mois, à partir de mercredi, les caténaires à l'origine de ces incidents.

Après une série noire de pannes affectant le réseau, la SNCF a promis de contrôler pendant un mois, à partir de mercredi, les caténaires à l'origine de ces incidents. — Jean Francois Monier AFP/Archives

Depuis quelques jours, le mot «caténaire» est entré dans le vocabulaire usuel des usagers de la SNCF. Et pour cause, l'arrachement de ces câbles électriques qui alimentent les locomotives des trains (lire encadré) a perturbé à lui seul le trafic de 40 TGV, de plusieurs trains et RER.

Pourquoi de tels incidents? La réponse est délicate, les responsabilités étant partagées entre la SNCF et Réseau ferré de France (RFF), propriétaire des voies et associé à l'opération de contrôle.

La SNCF invoque le vieillissement des caténaires

En 1997, RFF s'était vu confier la responsabilité de l'entretien du réseau, mais sans les moyens humains nécessaires, et du coup a renvoyé la balle à la SNCF qui assure la maintenance moyennant une enveloppe budgétaire.

«Si le réseau ferré connaît de plus de plus d'incidents, c'est avant tout parce qu'il y a davantage de travaux et de trains en circulation», fait valoir Pierre Izard, directeur général délégué des infrastructures à la SNCF. Mais il évoque aussi «le vieillissement» des caténaires, dont «l'essentiel des équipements a été installé dans les années 1950-1970».

Les mâts des caténaires vétustes également

La SNCF a ainsi consacré 186 millions d'euros à l'entretien et au renouvellement des caténaires en 2007, sur un budget global de 1,8 milliard d'euros consacré à la maintenance de l'ensemble des infrastructures, qui est resté inchangé par rapport à 2006.

Mais selon un audit réalisé en 2005 par des experts suisses, «sur près de la moitié du réseau, les voies sont en mauvais état et vieillissent rapidement». Si les caténaires «sont en général en bon état», «une proportion significative des mâts de caténaires présente par contre des signes inquiétants de corrosion», selon ce constat.

Les syndicats dénoncent le manque de personnel

Les syndicats, eux, pointent le manque de personnel pour assurer l'entretien et la maintenance. Selon la SNCF. 2.100 «caténairistes», des agents spécialisés, vérifient leur état toute l'année, en général lors d'opérations nocturnes pour ne pas perturber le trafic. Un nombre insuffisant, selon Sud-Rail. «Les équipes caténaires ont quatre fois plus de lignes à couvrir qu'avant. Le manque de temps et d'hommes sont les principales causes de la multiplication des incidents», indique à 20 Minutes Jean-Marc Fontaine, membre du bureau fédéral de Sud-Rail.

Pour Didier le Reste, secrétaire CGT cheminots, «il faut avoir le courage de se poser la question de l'efficacité des restructurations engagées par la direction de la SNCF, notamment au niveau des pertes de postes chez les caténairistes. En 2008, nous en avons perdu 1200.»

En avril dernier, la Cour des comptes avait critiqué un «réseau en mauvais état en raison d'une maintenance inadéquate». La SNCF a annoncé mercredi que plus de 1.500 agents seraient mobilisés pour vérifier les caténaires sur 10.000 des 15.000 kilomètres de lignes que compte le réseau ferroviaire d'ici à la fin septembre.

Caténaires: Il s'agit d'un ensemble de câbles électriques suspendus au dessus de la voie et qui permettent, via un bras articulé nommé “pantographe”, d'alimenter en électricité la locomotive des trains ou la motrice des TGV.

Mots-clés :