Nouvel épisode dans la guerre du camembert

114 contributions
Publié le 29 mars 2008.

CONSOMMATION – Le principe de précaution a encore frappé...

La «guerre du camembert», qui oppose partisans et adversaires du lait cru, a connu un nouvel épisode samedi, avec l'incrimination d'un lot de camemberts de la Fromagerie Réaux par son concurrent Lactalis qui affirme y avoir décelé des «bactéries pathogènes».

«A titre de précaution», le ministère de l'Agriculture a lancé une mise en garde contre la consommation du lot de camemberts incriminé et a appelé les consommateurs à les rapporter à leur point de vente.

Déstabilisation

Le groupe laitier Lactalis avait «informé» le ministère de l'Agriculture de «la présence de bactéries pathogènes dans des camemberts fabriqués par l'un de ses concurrents» et avait transmis à la Direction générale de l'alimentation des rapports d'essai «confirmant cette présence».

«Nous faisons l'objet d'une attaque, c'est un procédé révoltant de la part d'un concurrent qui a fait un prélèvement qui est vraisemblablement trafiqué», a rétorqué à l'AFP Bertrand Gillot, PDG de la Fromagerie Réaux, basée à Lessay (Manche).

Trafiqué

La Fromagerie Réaux a fait réaliser par le laboratoire AQMC de Montpellier de nouvelles analyses des lots incriminés qui ont démontré qu'ils étaient «parfaitement conformes aux normes sanitaires» et ne contenaient «pas de bactéries pathogènes», a-t-il assuré.

«C'est une nouvelle manoeuvre dans le cadre de la "guerre du camembert", entre les partisans du lait cru et ceux qui veulent supprimer le lait cru, c'est une opération de déstabilisation», a dénoncé Bertrand Gillot avant de «condamner ces tentatives de destruction du patrimoine fromager français».

Précaution

Les petits producteurs avaient remporté début mars une victoire décisive face aux poids lourds de l'industrie laitière en obtenant que le camembert AOC de Normandie reste fabriqué à partir de lait cru, selon des sources proches du dossier. Cette décision doit être officialisée dans les mois prochains dans le cadre d'une réforme de l'AOC.

«Lactalis s'est rendu compte que la "guerre du camembert" tourne à son désavantage et prétexte des risques sanitaires pour réclamer l'abandon de l'obligation de lait cru», a relevé Bertrand Gillot.

Les produits concernés par les résultats d'analyse de Lactalis ne sont plus en vente actuellement, les dates limites d'utilisation optimale (20 mars 2008) étant dépassées. Il s'agit des fromages appartenant au lot n°V026 commercialisés sous les dénominations suivantes: camembert et petit camembert (150 g) REO, camembert La Fermière, camembert et grand fromage Le Gaslonde, petit camembert BN, grand Réaux pyro et grand fromage premier choix (1kg).

Analyses

«A titre de précaution, les fromages qui ne seraient pas encore consommés doivent être rapportés au point de vente où ils ont été achetés», recommande le ministère de l'Agriculture. La direction départementale des services vétérinaires de la Manche a entamé dès vendredi des analyses des produits de la Fromagerie Réaux, «dont on attend les résultats», a précisé une porte-parole du ministère.

Mises en garde

La Direction générale de l'alimentation a fait retirer samedi de la vente en France les fromages d'origine italienne Ricotta Salata, après la découverte dans ces produits de la présence de Listeria monocytogenes.

Le ministère de l'Agriculture et le ministère de la Santé ont invité samedi à nouveau les consommateurs ayant acheté des lots de viande hachée contaminée des marques Carrefour et Monoprix à ne pas les consommer s'ils les ont surgelés et à les retourner en magasin.
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr