La manifestation des avocats en colère n’a pas gêné le déroulement de l’audience de la deuxième journée du procès Fourniret.

>> Retrouvez le heure par heure de cette deuxième journée d'audience

«Amené par la force»

Face au tueur en série présumé, qui manifeste depuis jeudi sa mauvaise volonté, notamment vendredi matin en refusant de se présenter à l’audience avant d’y être conduit sous la contrainte, l'avocat général Francis Nachbar a prévenu: «tous les jours, Monsieur Fourniret ,vous serez au procès, on vous amènera de force», comme l’autorise le Code de procédure pénale.

Et le magistrat de fustiger son attitude: «depuis quatre ans (date de son arrestation, ndlr), vous ne contrôlez plus rien, vous n'avez pas le droit d'imposer ce que vous voulez.» «Arrêtez cette indécence insupportable, ces grossièretés, arrêtez une fois pour toutes ces pitreries grotesques», a-t-il poursuivi.

Malgré son appel à «un peu de décence», Michel Fourniret affichera toute la journée une indifférence ostensible aux atrocités commises sur ses victimes présumées et détaillées par les greffières, fermant souvent les yeux, bras croisés, donnant l’impression d’être si peu concerné par ce quoi se dit qu'il réfléchit à autre chose ou somnole.

La personnalité de Michel Fourniret

En 1966, un psychiatre, qui le voit après sa première condamnation pour attouchements sur mineures, conclut que le tueur en série présumé est curable et réadaptable. En 2004, en Belgique, un autre expert le classe dans la catégories des manipulateurs, éprouvant des difficultés à élaborer une pensée logique, et indique qu'il représente une dangerosité car il ne peut contrôler ses pulsions sexuelles.

Cynique et sans empathie: une nouvelle expertise, réalisée en 2005, précise la cruauté de Michel Fourniret. L'inceste dont il dit avoir été victime dans son enfance, par sa mère, pourrait être à l'origine de son fantasme de la virginité. Une thèse contestée par d'autres psychiatres qui pensent que ce fantasme n'est qu'une excuse pour passer à l'acte et tuer. Selon plusieurs experts, «Michel Fourniret présente toutes les caractéristiques du pervers sadique: ego surdimensionné, sentiment de toute puissance, absence d'empathie».

La personnalité de Monique Olivier

Pendant ce temps-là, sa femme et co-accusée, garde la tête baissée. Issue d'un milieu modeste, elle ne présente aucune déficience intellectuelle, note un expert belge qui décèle également une faible estime de soi et une incapacité à prendre des décisions. Une autre psychiatre, français, lui donne 131 de QI, un chiffre qui la classe dans la catégorie des surdoués. Sa force: savoir provoquer et utiliser la perversité des hommes à leur insu. Elle est consciente de la gravité des faits qui lui sont aujourd'hui reprochés. Mais est décrite comme «insensible à la douleur d'autrui» et «perverse». Les experts notent tous sa participation active aux crimes attribués ou reconnus par Michel Fourniret. Les experts notent encore qu'elle ne craint pas vraiment Michel Fourniret et qu'elle semble avoir tiré avantage de sa vie quotidienne avec lui.

Quant à la dynamique du couple, la cour souligne que Monique Olivier est loin d'être soumise à Michel Fourniret . Elle a même contribué à activiter la perversité de celui-ci. «Chacun a eu besoin de l'autre pour faire valoir ses fantasmes», note la greffière. Et d'ajouter: «Dans l'intéraction entre les deux partenaires, l'un et l'autre étaient tour à tour instrument et instrumentiste».

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé