Quand les pouvoirs publics demandent de ne rien jeter - à l’exception du papier toilette - dans les eaux usées, ce n’est pas sans raison. La preuve, s’il en fallait une, avec la découverte d’un gigantesque amas de déchets dans un collecteur des eaux usées à Vigneux-sur-Seine ( Essonne). Comme le rapporte Le Parisien, ce tas d’objets aurait pu causer d’importants dégâts.

Une équipe de plongeurs en action

Lourde de 60 tonnes pour 16 mètres de hauteur et 2 mètres de diamètre, cette « torche » de détritus est le résultat de mauvaises habitudes. Serpillières, serviettes hygiéniques, couches et lingettes ont été jetées par milliers dans les canalisations, jusqu’à provoquer un amas dans un siphon du collecteur d’eaux usées passant sous la Seine.

Le syndicat de l’Orge a fait cette découverte à temps, avant qu’un important bouchon ne se crée, ce qui aurait eu pour conséquence de déverser les eaux usées directement dans la rivière. « Lorsque nous avons mis un sonar pour savoir comment curer le puits, nous nous sommes rendu compte que quelque chose bloquait. Une équipe de plongeurs est alors descendue pour examiner ce corps étranger. En remontant un bloc de 3 à 4 kg, nous avons compris qu’il s’agissait d’une agglomération de tissus », explique dans les colonnes du Parisien Frédéric Decultot, responsable assainissement du syndicat.

>> A lire aussi : Le joggeur nantais qui ramasse des déchets lance son appli et un compteur mondial

Un coût d’un million d’euros

Ainsi, depuis le mois de mai dernier, des hommes sont allés « grignoter » cet amas de détritus à l’aide de cutter et de crochets. Un « véritable travail de mineurs », effectué de nuit et qui a duré six mois.

« On ne peut pas jeter n’importe quoi dans les eaux usées, mais malheureusement c’est un problème qui se généralise, souligne le président du syndicat François Cholley. En tout, cela nous a coûté un petit million d’euros. Ce sont des dépenses énormes sans compter le personnel mobilisé. »

>> A lire aussi : Deux centres de transfert d'ordure bloqués, les poubelles débordent à Marseille