Faut-il diffuser la vidéo de Nicolas Sarkozy insultant un visiteur au salon de l'Agriculture? Pourquoi? 20 Minutes a posé la question à France 2, TF1 et au Parisien qui a filmé la scène.

Stéphane Puccini, du collectif Youpress, a filmé la scène

«C’était la cohue pendant sa visite. J’ai à peine entendu les mots du président, mais comme je connais les limites techniques du matériel, je n’étais pas sûr que le micro d’ambiance aurait saisi ce moment dans ce bruit. C’est en réécoutant avec mes écouteurs avec les images que j’ai entendu le passage. J’ai donc décidé de proposer les images au parisien.fr, parce qu’un des membres du collectif a des contacts là-bas. Le succès de la vidéo est très impressionnant. Nous n’étions pas du tout venu pour cela, mais pour prendre des images de Sarkozy serrant des mains d’exploitants. Je suis très étonné qu’un simple écart de langage fasse autant de bruit. Cet après-midi, nous avons renégocié notre exclusivité avec le Parisien pour pouvoir revendre la séquence à l'agence AP.»

Alexandre Kara, journaliste de France 2 au Salon de l'Agriculture

«Nous allons passer quelques secondes des images dans le 20h au nom du droit de citation. A partir du moment où les images sont en accès libres sur Internet avec le logo du Parisien, et que nous citons le journal comme source au lancement du sujet par le journaliste, nous sommes dans l'ordre habituel des choses. Si nous avions pris les images originales et en super qualité au Parisien, sans logo, alors il y aurait eu négociation. Nous avons décidé dès dimanche matin de ne passer les images que dans le 20h dimanche - et pas au 13h contrairement à TF1 - parce que nous voulions nous laisser le temps d'approfondir et de recueillir des réactions.»

Bruno Cortès, rédacteur en chef des journaux du week-end de TF1

«Nous avons logiquement passé les images du Parisien.fr dans le 13h de dimanche au nom du droit à la citation. Je crois même que notre journaliste a eu la courtoisie d'appeler le Parisien pour leur demander la permission. Quand on a vu la vidéo, on a tout de suite cherché dans nos rushes si on n'avait pas aussi saisi ce moment, mais dans la cohue, seul le pigiste qui a vendu ses images au Parisien a eu les images. On en a beaucoup parlé avec la hiérarchie parce qu'il n'y avait pas de réactions officielle. On a décidé de diffuser quand même parce que le président était dans une manifestation officielle, et visiblement entouré par la presse.»

Armelle Thoraval, rédactrice en chef de Leparisien.fr

«Je considère que les journalistes doivent être rémunérés pour leur travail, il est fondamental que les droits d’auteurs ne soient pas violés. La politique du Parisien, c’est de maintenir sur le Net une extrême
vigilance. Par exemple, nos vidéos ne sont pas censées êtres blogables, grâce à un lecteur vidéo spécifique à notre site. Malgré tout, ça n’a pas empêché Youtube et Dailymotion de laisser des internautes mettre notre vidéo en ligne. Franchement, je trouve ce pillage honteux. Dès samedi, j’ai demandé à Dailymotion de supprimer six vidéos de reprise, ce qui a été fait. En revanche, je n’ai pas obtenu gain de cause auprès de Youtube, car le service qui s’occupe des retraits est en Irlande et fonctionne uniquement par mail, ce qui complique considérablement la tâche. Nous voulons protéger ce sujet que nous avons monté ici».

Mots-clés :

Aucun mot-clé.