Le groupe français Alstom a vendu à une compagnie ferroviaire italienne privée 25 rames de son nouveau TGV, baptisé AGV, pour 650 millions d'euros, une commande assortie d'un contrat de maintenance sur 30 ans dont le montant n'a pas été dévoilé, a annoncé Alstom jeudi dans un communiqué.
Le groupe français Alstom a vendu à une compagnie ferroviaire italienne privée 25 rames de son nouveau TGV, baptisé AGV, pour 650 millions d'euros, une commande assortie d'un contrat de maintenance sur 30 ans dont le montant n'a pas été dévoilé, a annoncé Alstom jeudi dans un communiqué. - francis nallier AFP/Infographie

Le groupe ferroviaire Alstom dévoile mardi en présence du président Nicolas Sarkozy le prototype de son nouveau train à grande vitesse conçu pour rouler à 350 km/h, baptisé Automotrice grande vitesse (AGV), qu'il compte exporter à grande échelle, après l'avoir vendu en Italie.

La présentation aura lieu au centre d'essais d'Alstom situé près de La Rochelle (Charente-Maritime), en présence du secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau, du PDG d'Alstom Patrick Kron et de près de 500 invités et journalistes, selon Alstom.

Le constructeur ferroviaire a conçu seul ce nouveau train - qui se veut plus rapide, plus spacieux et plus «propre» - , sans le concours de la SNCF dont les équipes avaient étroitement participé à la naissance du TGV, qui fête cette année ses 27 ans. L'AGV est conçu pour rouler plus vite que le TGV: 350 voire 360 km/h contre 320 km/h maximum pour le TGV Est.

Des motrices et des moteurs différents

Autre particularité, l'AGV possède une motorisation répartie sur toutes les voitures du train, plutôt que concentrée sur les deux motrices en tête et en queue, ce qui permet selon Alstom de gagner de la place pour les passagers et de réduire les coûts de maintenance. Des moteurs dits «à aimants permanents» permettent aussi de moins consommer d'énergie. Surtout, «l'AGV a été conçu pour intégrer les besoins à l'export», explique Alstom, qui a remporté en janvier sa première commande pour ce train nouvelle génération.

L'opérateur privé italien NTV a acheté 25 rames, une commande assortie d'un contrat de maintenance sur 30 ans, pour un total de 1,5 milliard d'euros. Mais la société, qui prévoit de mettre ses trains en circulation à partir de 2011, ne les fera rouler qu'à 300 km/h.

Avec ce contrat, Alstom a damé le pion à ses rivaux, le canadien Bombardier, qui lui aussi a concocté un train ultra-rapide, le Zefiro, mais surtout l'ICE de l'allemand Siemens. Selon la presse allemande de lundi, l'AGV serait de plus très bien placé pour remporter un appel d'offres en Allemagne au nez et à la barbe de Siemens.

En octobre dernier, lors de la visite au Maroc de Nicolas Sarkozy en tant que président, le royaume chérifien a passé commande d'une ligne de TGV ancienne génération. En janvier, l'Argentine a elle aussi commandé son TGV.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé