Le député UMP Jean-Paul Charié juge que le Rapport Attali contient des propositions "sérieuses, faisables et équilibrées".
Le député UMP Jean-Paul Charié juge que le Rapport Attali contient des propositions "sérieuses, faisables et équilibrées". - AFP

Christina Lionnet

Alors que plusieurs économistes de gauche ont présenté jeudi une contre-expertise du rapport Attali, les membres de l’UMP ne sont pas en reste. Plusieurs d’entre eux ont dores et déjà fait connaître leurs positions et leurs réserves sur les 316 recommandations.
Le vice-président de l'UMP, Jean-Pierre Raffarin, s'est dit jeudi «un peu déçu par le rapport Attali sur la croissance estimant que c'était un rapport hémiplégique» avec peu d' «idées nouvelles».
D’autres, comme le député Jean-Paul Charié (Loiret), ont souhaité mettre en avant le côté «très positif» du rapport. «Il apporte des idées sérieuses, faisables et équilibrées,» a-t-il confié à 20minutes.fr, même si tout n’est pas «original est nouveau».

Les départements en ligne de mire

Parmi les idées controversées, la suppression des départements, à laquelle Nicolas Sarkozy s’est opposé. «On a besoin de l’échelon départemental, a expliqué Jean-Paul Charié. Les questions liées à l’école, par exemple, relèvent davantage du département alors qu’un projet d’aéroport ou une politique industrielle, cela se joue davantage au niveau régional.»

A l’inverse, le député Christian Vanneste (Nord) s’est réjouit de cette proposition, estimant que «les départements sont des collectivités territoriales obsolètes qui ne correspondent absolument pas aux besoins actuels». La disparition d’un échelon «permettrait de faire des économies d’échelle à un moment où l’on veut réduire les dépenses publiques,» a-t-il ajouté.

Une écoute «coupable» du lobby des grandes surfaces»

Les dispositions concernant les grandes surfaces, qui prévoient la libéralisation de la grande distribution, ne font pas davantage l’unanimité. «On ne peut pas affirmer que les grandes surfaces sont de nature à créer des emplois, surtout à un moment où l’on parle de supprimer les caissières», a remarqué Jean-Paul Charié, faisant écho aux propos de Jean-Pierre Raffarin. Celui-ci avait dénoncé «une certaine écoute du lobby des grandes surfaces» qui lui paraissait «quelque peu coupable».

>>> Pour réagir aux propositions Attali, rejoignez le bdébat entre internautes en cliquant ici...