La ministre de la Santé Marisol Touraine lors de la conférence santé le 11 février 2013 à Paris
La ministre de la Santé Marisol Touraine lors de la conférence santé le 11 février 2013 à Paris - PATRICK KOVARIK AFP

Les représentants des professions de santé non médecins dénoncent lundi le caractère «discriminatoire» de la nouvelle «protection maternité» accordée par le gouvernement aux femmes médecins. Ils demandent son «élargissement immédiat» aux autres professionnelles de santé libérales.

«Les professionnelles de santé non médecins ont droit tout autant que les femmes médecins à pouvoir être dégagées des préoccupations financières pendant leur grossesse», écrivent dans un communiqué des syndicats de kinésithérapeutes (FFMKR, SNMKR), orthophonistes (FNO), sages-femmes (ONSF), podologues (Fnp), infirmiers (Sniil, Fni, Convergence infirmière, Onsil) audioprothésistes (Unsaf), orthoptistes (SNAO), dentistes(UJCD, CNSD).

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé jeudi une nouvelle aide de plus de 3.000 euros par mois pendant trois mois, qui sera octroyée aux femmes médecins enceintes en complément de l'actuelle allocation forfaitaire.

Environ 15.000 femmes en âge de procréer pourront en bénéficier, si elles ne pratiquent pas de dépassement d’honoraires ou si elles se sont engagées à les limiter via un contrat d'accès aux soins.

Les représentants des professions de santé non médecins se disent «scandalisés du traitement discriminatoire» dont ils s'estiment victimes. Ils soulignent que l'ensemble des professions de santé est «soumis aux mêmes conditions très insuffisantes» en terme de couverture sociale pour les congés maternité.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé