Michel Drucker sur scène, le 12 février 2016 à Amiens
Michel Drucker sur scène, le 12 février 2016 à Amiens - FRANCOIS LO PRESTI AFP

De ses débuts comme journaliste sportif à l'ORTF à «Vivement Dimanche» : à 73 ans, le roi des variétés Michel Drucker monte sur scène pour la première fois avec son one-man-show, «Seul... avec vous», pour raconter les coulisses de ses 50 ans de carrière.

Un canapé rouge et la mire de l'ORTF au fond de la scène : pendant 1H45 Michel Drucker, en costume noir et chemise blanche, raconte «l'envers du décor» de son parcours, de Léon Zitrone qui «l'a pris sous son aile» en 1965 à la célèbre émission dominicale qu'il anime depuis 1998.

«Je voulais faire quelque chose qui n'a jamais été vu et que les gens retrouvent leur vie à travers la mienne», résume Michel Drucker samedi à Lille, après la 6e représentation de son spectacle.

Sur scène, ce fan de vélo, qui a vu passer «trois générations d'artistes et de politiques» et qui possède «5.000 heures d'images à l'INA», s'essaie aux imitations - «elles sont foireuses», prévient-il au début de son spectacle -, confie ses souvenirs de télévision en enchaînant les anecdotes d'une vie «pas comme les autres» et parle surtout des stars qu'il a côtoyées.

Comme Johnny Hallyday, «son complice», un homme «hors-norme», qui l'appelle un jour à 4H00 du matin pour lui demander de le déposer en hélicoptère – Michel Drucker a son brevet de pilote - au Stade de France lors de son prochain show, mais aussi Jean-Paul Belmondo, Alain Delon, Romy Schneider... Puis Martine Aubry, la maire de Lille, une femme ayant «beaucoup d'humour» ou encore Jacques Chirac - un «fou de western» qui lui aurait dernièrement dit que «Vivement Dimanche» «manque de gonzesses».

Le spectacle est aussi ponctué d'extraits de ses interviews cultes : comme celle avec Serge Gainsbourg visiblement ivre qui déclare sa flamme en direct à Whitney Houston, en anglais et en termes particulièrement crus. «A chaque fois que je vois cette séquence je stresse», avoue-t-il, presque trente ans plus tard.

- «Préparer la suite» -

Cet homme, «vendu avec le poste» comme lui ont dit deux jeunes marseillaises rencontrées dans un train, est né à Vire (Calvados) le 12 septembre 1942. Vingt ans plus tard, cet autodidacte - et ancien cancre -, commence sa carrière comme journaliste sportif à l'ORTF avant de se consacrer au divertissement.

Il présentera tour à tour «Tilt Magazine» sur la même chaine, «Les Rendez-vous du dimanche» sur TF1 et «Champs-Élysées» sur Antenne 2 d'où il sera évincé, jugé «has-been» par la direction. Il présente alors «Stars 90» sur TF1, puis il retrouve France 2 avec «Studio Gabriel» avant d'animer «Vivement Dimanche».

Il a été désigné animateur le plus emblématique du PAF depuis 1950, au coude à coude avec Léon Zitrone, selon un sondage d'OpinionWay pour TV Magazine.

Pour autant, sa place à France 2 n'est pas assurée. Il s'est récemment épanché dans les médias sur le «racisme de l'âge» pratiqué, selon lui, par Delphine Ernotte à France Télévisions.

«Dans n'importe quel métier, on n'est plus sur le marché à 73 ans (...) Je m'y attends tellement qu'inconsciemment c'est pour ça que je suis allé sur scène, pour préparer la suite», a-t-il confessé samedi après le spectacle.

«Quand on fait ce métier depuis très longtemps, c'est normal que le patron se pose des questions; moi-même je m'en pose; ça fait des années que je me dis +Est-ce que je ne fais pas la saison de trop ?+», a-t-il affirmé, assurant toutefois qu'il allait «sans doute signer» un nouveau contrat de deux ans avec France Télévisions.

Selon un sondage pour Téléstar paru en janvier, 46,8% des personnes interrogées considèrent qu'il devrait «prendre sa retraite et laisser sa place à la télévision».

Michel Drucker sera en tournée en province avec son one-man-show jusqu'au 30 avril puis jouera au théâtre des Bouffes-Parisiens à partir du 1er octobre.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé