Jérôme Kerviel et son avocat Benoit Pruvost à leur arrivée le 20 janvier 2016 au palais de justice à Versailles
Jérôme Kerviel et son avocat Benoit Pruvost à leur arrivée le 20 janvier 2016 au palais de justice à Versailles - DOMINIQUE FAGET AFP

L'ex-trader de la Société générale Jérôme Kerviel a de nouveau perdu mercredi son procès en diffamation contre Roselyne Bachelot, qui l'avait qualifié d'«escroc» le lendemain de sa condamnation en appel à trois ans de prison ferme.

Le 25 octobre 2012, l'ancien ministre de la Santé, avait utilisé à plusieurs reprises ce terme à l'égard de Jérôme Kerviel, y ajoutant même une fois l'épithète de «pervers».

Dans une émission sur la chaîne D8, dans laquelle elle intervient comme chroniqueuse, Roselyne Bachelot avait aussi fait part de son agacement quant au côté «Robin des Bois» de «ce Kerviel qui s'est comporté comme un voleur de grand chemin».

En première instance, le 26 mai dernier, elle avait été relaxée par le tribunal correctionnel de Paris, et Jérôme Kerviel débouté. Il avait saisi la cour d'appel de Paris, laquelle a confirmé le jugement du tribunal correctionnel.

La cour a notamment jugé que Mme Bachelot a certes utilisé un terme juridiquement inexact en l'occurrence, «ce qui n'a pu échapper au téléspectateur», mais qui traduit «sans dénaturation ni exagération, la perception» que pouvait avoir quiconque avait connaissance de la condamnation de l'ex-trader.

Jérôme Kerviel a été condamné à cinq ans de prison, dont trois ferme, pour abus de confiance, manipulations informatiques, faux et usage de faux.

Mi-mars 2014, la Cour de cassation a rendu cette condamnation pénale définitive mais a cassé le volet civil de la décision, qui attribuait 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts à la banque.

Un nouveau procès civil doit se tenir du 15 au 17 juin pour établir la répartition des responsabilités dans cette perte.

Il a par ailleurs engagé une procédure en révision sur les suites desquelles la justice doit se prononcer le 21 mars.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé