Des gendarmes lors de l'évacuation d'un campement de Roms le 3 février 2016 dans le nord de Paris
Des gendarmes lors de l'évacuation d'un campement de Roms le 3 février 2016 dans le nord de Paris - DOMINIQUE FAGET AFP

Une petite centaine de Roms étaient en cours d'expulsion vendredi d'un terrain à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) où ils s'étaient installés après l'évacuation mercredi de leur campement dans le nord de Paris, a-t-on appris de sources concordantes.

«Une opération d'évacuation est en cours à Epinay-sur-Seine», a indiqué à l'AFP une source policière.

«Pas de répit pour les expulsés du bidonville Poissonniers: deuxième évacuation en trois jours, 48 h après leur installation à Epinay», a tweeté Nathalie Godard, coordinatrice de la «Mission Banlieue» chez Médecins du Monde (MDM).

«Près de 90 personnes, beaucoup d'enfants et de personnes malades, qui savent pas où mettre leur tente ce soir», a ajouté la militante, photos d'un village de tentes à l'appui.

«Aucune solution de relogement ne leur est proposée, ils vont être à la rue de nouveau», a déploré Livia Otal de MDM, jointe sur place. Elle a précisé que l'opération n'avait pas mobilisé plus d'une dizaine de policiers.

«Ils ont dispersé des gens qui ont la tuberculose donc en termes de santé publique, c'est la catastrophe, il y a plein de gens qui ne sont pas vaccinés», a déclaré de son côté Saskia Cousin, militante de la cause Rom.

Elle a ajouté que parmi les expulsés du bidonville, installé entre les portes des Poissonniers et Clignancourt, figuraient des anciens du Samaritain, l'un des plus vieux bidonvilles franciliens qui a été démantelé fin août en Seine-Saint-Denis.

L'opération de mercredi a été critiquée par le secrétaire général du Conseil de l'Europe, reprochant aux autorités françaises une «politique d'expulsion de masse» qui ne va pas sans «perturber la scolarité des enfants roms et entraver l'action» de ceux qui leur viennent en aide, par exemple avec des campagnes de vaccination.

Selon un récent rapport associatif, plus de 11.000 Roms ont été évacués de force de leurs campements en France en 2015, avec peu de solutions de relogement à la clé.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé