L'ancienne garde des Sceaux, Christiane Taubira, le 29 janvier 2016 à New York, après sa démission du gouvernement
L'ancienne garde des Sceaux, Christiane Taubira, le 29 janvier 2016 à New York, après sa démission du gouvernement - Jewel Samad AFP

Après la publication surprise lundi de l'essai de l'ex-garde des Sceaux Christiane Taubira, la presse juge mardi que si le livre est «implacable» contre la déchéance de nationalité, il épargne François Hollande tout en répondant à Manuel Valls.

Bien qu'«implacable contre la déchéance de nationalité», l'ex-ministre signe un livre dans lequel on est «loin du règlement de compte, loin des diatribes auxquels ont pu se livrer naguère d'autres anciens ministres de François Hollande après leur départ du gouvernement», remarque Thomas Wieder du Monde.

Libération voit également dans le livre, «un redoutable réquisitoire contre la déchéance de nationalité». Libé note aussi que les Murmures de Christiane Taubira sont «une réponse - sans jamais le citer - à Manuel Valls, pour qui +expliquer+ les actes terroristes +c’est déjà vouloir un peu excuser+», mais n'ont pas été écrits : «pour dire tout le mal qu’elle peut penser de François Hollande.»

«C’est une approche fondamentalement différente de celle de Manuel Valls, jamais nommément cité, que Christiane Taubira propose face à un +monstre+ terroriste dont elle veut explorer les causes», estime Dominique Garraud, dans La Charente Libre.

«En plus d’être une oratrice hors pair et une plume très affûtée, l’ex-garde des Sceaux est aussi une fabuleuse actrice», s'amuse Christophe Bonnefoy du Journal de la Haute-Marne, en constatant qu'elle «préparait son départ, sans rien laisser paraître» depuis des semaines.

Dans Sud-Ouest, Yves Harté salue «une pratique hors norme des techniques managériales éditoriales et du suivi promotionnel», chez l'ex-ministre mais estime que «balancer quelques pages, au fond consacrées à sa seule gloire, est une curieuse façon d’envisager ses anciennes responsabilités de serviteur de l’État dont elle s’est tellement prévalue.»

«Son livre est fait d’abord pour compliquer la tâche du tandem Hollande-Valls et éreinter les certitudes d’une majorité prête à obtempérer par fidélité», analyse Hervé Chabaud dans L'Union.

«Si elle n’est candidate à rien, à force de rajouter du piment sur le poivre de ses propos épicés, elle va finir par mettre le feu sans être certaine d’éteindre l’incendie», conclut l'éditorialiste.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé