Ecole Rampal : la polémique enfle

POLEMIQUE Un grand-père chinois interpellé. Des échauffourées entre parents et forces de l'ordre. Une directrice de...

O. M.

— 

Un grand-père chinois interpellé. Des échauffourées entre parents et forces de l'ordre. Une directrice de maternelle gardée à vue pendant sept heures. Les incidents survenus la semaine dernière rue Rampal dans le 19e arrondissement de Paris continuent de susciter l'indignation des riverains, du monde éducatif et de la gauche. Les syndicats enseignants et la FCPE appellent d'ailleurs aujourd'hui à un rassemblement à 18 h devant le siège du rectorat de Paris.Rappel des faits. Mardi dernier, des policiers contrôlent les cafés du quartier, entre Belleville et les Buttes-Chaumont. Ils cherchent stupéfiants et armes blanches mais arrêtent finalement un vieux Chinois sans papiers. Alors qu'il est embarqué dans une voiture, des parents d'élèves interviennent. Bloquent la voiture, scandent des « lâchez-le ». Des vidéa­stes amateurs filment. Les policiers sortent les matraques et vaporisent des gaz lacrymogènes devant les enfants. Choqués, des parents portent plainte. Valérie Boukobza, la directrice de la maternelle, se rend vendredi au commissariat pour témoigner, mais se retrouve placée sept heures en garde à vue avant d'être relâchée. Depuis, les autorités se renvoient la balle. Nicolas Sarkozy a qualifié cette garde à vue de « décision judiciaire ». Jean-Claude Marin, procureur de la République de Paris, rétorque que le parquet avisé l'a seulement autorisée. Sur les vidéos, diffusées sur Internet, des parents dénoncent « des rafles » presque quotidiennes dans le quartier. Quant au grand-père chinois, il a finalement été relâché mercredi.

 

Mots-clés :

Aucun mot-clé.