Seine-Maritime: Le supplice d’un jeune handicapé, séquestré et torturé pendant des semaines

BARBARIE Après plusieurs semaines de supplice, le jeune homme qualifié de « vulnérable » a réussi à s’enfuir et à alerter la police…

20 Minutes avec agence

— 

Treize jeunes ont été placés en garde à vue pour « séquestration accompagnée d’actes de tortures et de barbarie » (Illustration).

Treize jeunes ont été placés en garde à vue pour « séquestration accompagnée d’actes de tortures et de barbarie » (Illustration). — M.Libert/20 Minutes

Treize hommes, mineurs et majeurs, ont été interpellés à Bolbec (Seine-Maritime) et placés en garde à vue, ce mardi, pour « séquestration accompagnée d’actes de torture et de barbarie ».

>> A lire aussi : En panne de batterie sur son fauteuil, un handicapé passe une nuit dehors

Ils sont soupçonnés d’avoir enfermé, durant plusieurs semaines entre les mois de novembre et décembre 2017, un jeune homme qualifié de « vulnérable » dans son domicile du centre-ville. Ils lui auraient fait subir de multiples sévices, révèle Paris Normandie.

Ils l’auraient enfermé nu dans le réfrigérateur

Selon une source proche de l’enquête, « il y avait toujours quelqu’un chez lui 24h/24h pour l’empêcher de sortir ». Le jeune homme a finalement réussi à s’enfuir et à donner l’alerte.

>> A lire aussi : Le calvaire d'une femme séquestrée et violée pendant 10 ans dans une cave

Devant les enquêteurs qui recueillaient son témoignage, la victime est parvenue à identifier ses tortionnaires. Déjà repérés par les services de police, tous connaissaient la victime, certains même « depuis longtemps ». Le jeune homme martyrisé a raconté son calvaire. Il aurait subi une tentative de viol, ses geôliers lui auraient uriné dessus, l’auraient brûlé avec une lame de couteau et l’auraient même enfermé nu dans le réfrigérateur…

Les bourreaux présumés sont âgés de 15 à 19 ans

Les forces de l’ordre de la Sûreté urbaine de Bolbec-Lillebonne, appuyés par des unités de police du Havre, ont interpellé mardi les treize bourreaux présumés, âgées de 15 à 19 ans.

La garde à vue de neuf d’entre eux a été prolongée et leurs auditions se poursuivent. Une enquête préliminaire a été ouverte pour établir le degré d’implication de chacun.