Policier agressé à Aulnay-sous-Bois: Cinq personnes, dont un mineur, en garde à vue

ENQUETE Ils contestent être impliqués dans les violences contre le fonctionnaire de la brigade anticriminalité lundi en fin de journée...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un policier

Illustration d'un policier — François Mori

Quatre jeunes majeurs et un mineur ont été placés en garde à vue ce mardi au lendemain de l’agression à coups de pied d’un policier à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, a-t-on appris de sources concordantes. Appréhendés le soir des faits, les gardés à vue, âgés de 14 à 24 ans, « contestent toute participation aux violences » contre le fonctionnaire de la brigade anticriminalité (BAC), a déclaré une source proche de l’enquête.

>> A lire aussi : La difficile identification des auteurs de l'agression de deux policiers à Champigny-sur-Marne

Contusions à la tête et entorse au poignet

Les faits s’étaient produits lundi peu avant 18 heures, dans la cité populaire des 3.000 d’Aulnay-sous-Bois, réputée abriter un trafic de drogues. La BAC repère ce soir-là un homme à scooter « en train de récupérer un sachet dans un véhicule épave », relate une source policière. Le suspect prend la fuite avant d’être rattrapé par un policier. Des jeunes « du coin » arrivent alors en renfort, frappant à des coups de pied le fonctionnaire « pour qu’il lâche » sa prise.

L’un d’eux « saute sur sa tête à pieds joints », d’après les sources policières, poussant un collègue à tirer en l’air avec son arme de service. Le fonctionnaire, qui souffre de contusions à la tête et d’une entorse au poignet, s’est vu prescrire huit jours d’incapacité totale de travail (ITT).

Deux autres policiers agressés en Ile-de-France

Trois d’entre eux sont plus particulièrement soupçonnés d’être impliqués dans ces violences, selon des sources policières. Les deux autres gardés à vue sont le conducteur du scooter qui avait fui devant les policiers et un homme soupçonné de détenir 435 grammes de résine de cannabis, arrêté dans un appartement où s’était planqué l’un des suspects.

Cette affaire intervient alors que deux policiers ont été passés à tabac dans la nuit de la Saint-Sylvestre à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). L’agression, filmée et largement diffusée sur les réseaux sociaux, a suscité l’indignation.