Strasbourg: Vingt personnes blessées dont 3 gravement par des pétards pour le Nouvel An

JEU DANGEREUX Doigts amputés, surdité, brûlures… Les pétards ont encore fait des dégâts…

D. G. avec AFP

— 

Les pétards, appréciés des enfants, sont tous les ans la cause d'accidents.

Les pétards, appréciés des enfants, sont tous les ans la cause d'accidents. — Koen van Weel

« On a passé une nuit blanche », confie le Dr Philippe Liverneaux chef du service SOS Mains du CHU de Strasbourg. À Strasbourg pour la nuit de la Saint-Sylvestre, au moins 20 personnes ont été blessées, dont 3 grièvement en manipulant des pétards. Un bilan en hausse d’année en année.

>> A lire aussi : Coup de filet anti-pétards à la frontière franco-allemande

Graves lésions

« Nous avions reçu 6 personnes en 2016, 15 en 2017, nous en avons 20 cette année. Le bilan est en constante augmentation dans mon service », regrette Philippe Liverneaux. Parmi les trois personnes blessées grièvement, une a eu deux doigts amputés, deux autres souffrent de lésions de blast (souffle du pétard), avec la peau éclatée avec des nerfs ou la peau abîmés.

Le reste des blessés souffre principalement de lésions aux mains, aux oreilles (surdité) et aux yeux. « Plus de la moitié des blessés ont entre 12 et 17 ans. Le plus jeune a 12 ans, le plus âgé 45 ans », précise le Dr Liverneaux. Une policière a également été brûlée à la main en recevant un mortier alors qu’elle se trouvait en intervention dans la nuit du Nouvel An dans un quartier de Strasbourg.

>> A lire aussi : Plus d'interpellations et de véhicules incendiés pour la nuit du Nouvel An

Intensifier la prévention

« Les mesures de prévention doivent être repensées. La préfecture et la gendarmerie sont passées dans les écoles, c’est très bien, mais manifestement ce n’est pas suffisant », insiste Philippe Liverneaux, tout en se déclarant opposé à une interdiction des pétards qui serait « contre-productive ». Les saisies de pétards pourraient servir selon lui à organiser « un événement populaire et festif qui accompagnerait les pétards ».

« On pourrait faire venir des artificiers et montrer aux enfants comment allumer les mèches » pour in fine « désamorcer les accidents », suggère-t-il. En 2012 et en 2013, trois personnes sont mortes en Alsace en manipulant des engins pyrotechniques lors des fêtes du Nouvel An.