Nice: Trois adolescents munis de fausses armes interpellés par une dizaine de policiers dans un centre commercial

FAUSSE ALERTE C’est une femme qui a pris peur en voyant les armes, déclenchant le branle-bas de combat chez les forces de l’ordre…

D. G.

— 

Le centre commercial Cap 3000, sur la commune de Saint-Laurent-du-Var.

Le centre commercial Cap 3000, sur la commune de Saint-Laurent-du-Var. — Stéphanne Danna

« Leurs jouets ridicules ne pouvaient pas passer pour de vraies armes de guerre », précise d’emblée le commissaire Karavokiros, patron de la police cagnoise à Nice-Matin. Pourtant, trois adolescents munis de pistolets en plastique ont déclenché une importante mobilisation des forces de l’ordre.

>> A lire aussi : Nice: L’immense (et bling-bling) yacht «Quantum Blue» crée l’attraction dans le port

Les jeunes remis à leur famille

C’est au centre commercial Cap 3000, à la sortie de Nice que les jeunes s’amusaient. Une dame apeurée à la vue des armes a alors prévenu la police. Le groupe de sécurité de proximité, la brigade anti-criminalité du commissariat de Cagnes et la police municipale de Saint-Laurent-du-Var sont ainsi intervenus. Soit une dizaine de personnes pour « neutraliser » les trois jeunes.

>> A lire aussi : Nice: La monnaie locale, le Nissart, testée pendant quatre jours dans les commerces

« Le danger venait plus du trouble qu’ils pouvaient semer en faisant peur aux gens que de la dangerosité de leurs pistolets de plastique, précise encore le commissaire Karavokiros. Ils n’ont braqué personne, il n’y a pas eu de mouvement de panique dans le centre commercial. » Les trois ados ont été entendus dans la foulée au commissariat de Cagnes.