Monaco: Pas d'amende requise contre un chauffard ivre, car il a sa voiture de sport à rembourser

FAITS DIVERS L’homme a été condamné à une peine de six mois avec sursis…

C.D.

— 

Une heure après les faits, l’homme accuse un taux d’alcoolémie de 0,67 mg par litre d’air expiré.

Une heure après les faits, l’homme accuse un taux d’alcoolémie de 0,67 mg par litre d’air expiré. — B. BEBERT / SIPA

L’argumentaire du procureur général adjoint de Monaco prêterait presque à sourire, ou alors la pointe d’humour échappe à la lecture du compte rendu du procès. Indigné de l’état de récidive d’un chauffard ivre, qui a réduit à l’état d’épave sa voiture de sport, il dénonce : « On est passé à quelques secondes d’un drame ! Mais Monsieur essaie de faire porter sa faute sur le voiturier du Sass' [le bar qu’il venait de quitter, NDLR] qui aurait dû lui interdire de prendre sa voiture. »

Et de poursuivre, selon le compte rendu de Nice-Matin : « Vous le condamnerez à une peine de deux ou trois mois que vous pourrez assortir du sursis. Plus 45 euros d’amende. Je ne réclamerai pas d’amende : il a sa voiture à rembourser… »

Une voiture achetée en leasing

L’homme, qui a récidivé dimanche 17 décembre vers 4 heures du matin, a littéralement réduit à l’état d’épave sa voiture sportive de 430 chevaux. L’accident a eu a eu lieu sous un tunnel situé sur le parcours du Grand Prix de F1. Une heure après les faits, l’homme accuse un taux d’alcoolémie de 0,67 mg par litre d’air expiré.

Pour sa défense, son avocat plaidera « la conscience de la gravité des faits » et des images de l’accident, « qui l’ont marqué pour la vie ».

L’homme a finalement été condamné à une peine de six mois avec sursis, « qu’il n’effectuera pas s’il ne repasse pas par la case tribunal d’ici cinq ans », indique Nice-Matin. Il lui faudra tout de même rembourser la voiture, achetée plus de 60.000 euros en leasing, complète le quotidien régional.