Ile-de-France: Coup de filet dans la mafia géorgienne, les «Vory V Zakone», soupçonnée de centaines de cambriolages

POLICE Trente-sept Géorgiens, soupçonnés d'appartenir à la puissante mafia des «Vory V Zakone», ont été interpellés lundi...

Caroline Politi

— 

Une voiture de police. (Illustration)

Une voiture de police. (Illustration) — V. WARTNER / 20 MINUTES

  • Ce coup de filet dans la mafia géorgienne intervient après un an d’enquête.
  • Trente-sept personnes ont été interpellées.
  • 70.000 euros en liquide, des armes, des voitures de luxe ont été saisis lors des interpellations.

Le résultat de plus d’un an et demie d’enquête. Lundi, 37 Géorgiens, dont deux ont été extraits de prison, ont été interpellés aux quatre coins de l’Ile-de-France. Tous sont soupçonnés d’appartenir à la mafia des « Vory V Zakone », une puissante organisation criminelle, qui prend racine en ex-URSS.

>> A lire aussi : Qui sont les «Vory v Zakone», ces mafieux géorgiens qui sévissent en France?

Lors des interpellations, les enquêteurs de l’Office de lutte contre le crime organisé (OCLCO) et leurs collègues de la brigade de recherche et d’investigation financière de la PJ parisienne ont mis la main sur quelque 70.000 euros en liquide, des armes, des voitures de luxe, du matériel servant au cambriolage, la « spécialité » de cette mafia. 200.000 euros ont également été bloqués sur des comptes bancaires. « Le préjudice atteint plusieurs millions d’euros, assure Frédéric Doidy, le directeur de l’OCLCO. Le nombre de faits commis se compte en centaines, ce sont des gens qui font cela toute la journée. »

Trois chefs « Vor » en Ile-de-France

L’enquête démarre à la fin de l’année 2015 grâce à un renseignement : trois « Vor » - c’est-à-dire les chefs de l’organisation - seraient installés en Ile-de-France. « Les Vory V Zakone fonctionnent selon un modèle pyramidal. Les chefs, couronnés « Vor », ont des lieutenants qui ont eux-mêmes des petites mains », détaille le directeur de l’OCLCO. Certains sont spécialisés dans le vol des bijouteries, d’autres dans l’ouverture des coffres-forts… Une partie des membres de l’organisation fait également du trafic de cigarettes.

Une fois leur forfait accompli, les biens sont écoulés aux quatre coins de l’Europe, les bijoux fondus, l’or confié à des receleurs… Les enquêteurs, qui ont travaillé avec leurs homologues de plusieurs pays européens, les soupçonnent également d’avoir mis en place un système de blanchiment d’argent via des sociétés de BTP gérées par des Géorgiens.

Les suspects, parmi lesquels figurent quelques femmes, seront déférés ce jeudi dans la soirée pour une partie, dans la journée de vendredi pour les autres.