VIDEO. Meurtre d'Alexia: Le décès de la joggeuse est «probablement lié à une asphyxie» selon le parquet

ENQUETE Dans une conférence de presse tenue au tribunal de Besançon, la procureure Edwige Roux-Morizot a affirmé que la joggeuse aurait été asphyxiée, en démentant les informations dévoilées samedi...

B.P.

— 

Un rassemblement en hommage à la joggeuse a réuni plus de 8.000 personnes à Gray, ce dimanche.

Un rassemblement en hommage à la joggeuse a réuni plus de 8.000 personnes à Gray, ce dimanche. — AFP

Réalisée jeudi, l’autopsie a permis aux enquêteurs d’en savoir plus. Dès le lendemain, le parquet de Besançon affirmait que « les raisons de la mort » d’Alexia Daval étaient connues, avant des examens complémentaires. Sans les attendre, une source de l’AFP précisait samedi que la joggeuse aurait été étranglée, mais pas violée.

>> A lire aussi : VIDEO. Meurtre d’Alexia: La jeune femme a été étranglée mais pas violée, la piste d'un homicide se confirme

Des informations que la procureure de Besançon a démenties dans une conférence de presse tenue au tribunal de la cité doubiste, en parlant d’informations « erronées » et en affirmant que son décès serait « probablement » lié à une asphyxie, « sans qu’on en connaisse les mécanismes ». Encore en cours, les examens complémentaires sont attendus, comme la confirmation du lieu et du moment exacts de sa mort.

Pas de strangulation ni de viol avérés, pour l’heure

« L’autopsie, si elle a été concluante, ne permet pas d’établir avec certitudes, les causes de sa mort », a commencé par préciser Edwige Roux-Morizot. Selon ses explications, la mort d’Alexia Daval aurait en tout cas bien été donnée volontairement. La joggeuse aurait par ailleurs été victime de violences physiques. Mais la magistrate n’en a transmis aucune précision.

>> A lire aussi : VIDEO. Meurtre d'Alexia: Jugée «concluante», l'autopsie a permis de connaître «les raisons de sa mort»

D’après la procureure de Besançon toujours, des analyses sont également en cours « afin d’accréditer ou non présence d’un viol » qu’elle n’a pas confirmé également, en l'absence d'élément suffisants selon elle. Edwige Roux-Morizot a par ailleurs demandé de « laisser les enquêteurs travailler dans la plus grande sérénité afin d’interpeller le ou les auteurs de ce crime odieux. »

Après sa disparition samedi, le corps retrouvé lundi, identifié mercredi

Sortie courir samedi 28 octobre le long de la Saône, la jeune femme de 29 ans n’a plus jamais donné de nouvelles. Après l’alerte rapidement donnée par son mari, son corps a été découvert lundi, calciné et caché sous des feuillages voisins de son parcours de course, avant d’être identifié mercredi par les premiers éléments. Une marche blanche en son hommage a rassemblé plus de 8.000 personnes à Gray, dimanche. Ses obsèques doivent enfin se dérouler ce mercredi.