Meurtre d'Alexia: Le corps de la victime retrouvé brûlé, le meurtrier de la joggeuse activement recherché

ENQUETE Le corps brûlé retrouvé dans un bois près de Gray est bien celui d’Alexia Daval, la joggeuse disparue de 29 ans, a annoncé ce mercredi le procureur de la République de Vesoul...

A.I. avec AFP

— 

Haute-Saône: Le corps d'Alexia retrouvé brûlé, le meurtrier de la joggeuse activement recherché.

Haute-Saône: Le corps d'Alexia retrouvé brûlé, le meurtrier de la joggeuse activement recherché. — Gendarmerie de la Haute-Saône

  • Le corps brûlé retrouvé dans un bois près de Gray, en Haute-Saône, est bien celui d'Alexia Daval, joggeuse de 29 ans disparue samedi.
  • Une autopsie va être pratiquée ce jeudi tandis que le meurtrier est toujours recherché.
  • Un nouvel appel à témoins a notamment été lancé: il invite à signaler tout fait suspect constaté, dans les environs de Gray et de la forêt de Velet-Esmoulin, durant le week-end du 28 et 29 septembre, au 03.84.65.11.45.

C’est une certitude depuis ce mercredi matin. Le procureur de la République de Vesoul, Emmanuel Dupic, a en effet annoncé que le corps brûlé retrouvé lundi sous des feuillages dans le bois de Velet-Esmoulin près de Gray en Haute-Saône est bien celui d’Alexia Daval, joggeuse de 29 ans disparue samedi.

« Les constatations réalisées sur le corps, dans la scène de crime, par les techniciens en identification criminelle ont été adressées dès hier à un laboratoire de police technique et scientifique. Leur exploitation ADN confirme que le cadavre découvert est bien celui d’Alexia Daval, la joggeuse disparue à Gray »

Plusieurs interrogations subsistent néanmoins à ce jour et ne pourront trouver réponse que dans les prochains jours. Une autopsie aura lieu ce jeudi, le meurtrier est toujours activement recherché… 20 Minutes fait le point.

Que s’est-il passé ? Une autopsie va être pratiquée ce jeudi à l’institut médico-légal de Besançon. Elle doit permettre d’en savoir davantage sur les circonstances de la mort d’Alexia Daval : la date de son décès, ses causes exactes, d’étudier des traces de combustibles… Et d’écarter toutes les hypothèses encore ouvertes ce mercredi. « Aucune communication ne sera faite sur ses résultats afin de préserver le travail des enquêteurs », a déjà prévenu le procureur de la République de Vesoul. Il est en revanche établi que le corps a été « volontairement brûlé par l’auteur des faits ».

Qui est l’auteur des faits ? Aucun suspect n’a, à ce jour, été identifié. De nombreuses pistes restent à vérifier, notamment dans l’entourage de la jeune femme. Depuis samedi, des rumeurs ont circulé, parlant d’une suspecte camionnette blanche dont le conducteur aurait abordé des jeunes filles dans les environs. La mère d’Alexia Daval a, elle, évoqué, un « harcèlement » téléphonique dont sa fille aurait été victime depuis des mois.  Selon l’Est Républicain, ce harceleur a été entendu mais ne serait pas impliqué. Quant à la première rumeur, des vérifications à grande échelle seraient en cours.

Quelles suites sur le plan judiciaire ? Une information judiciaire pour « assassinat » est ouverte et confiée à un juge d’instruction du pôle criminel de Besançon. Le mari d’Alexia Daval a a été entendu comme témoin. Deux avocats avaient affirmé mardi le représenter pour lui permettre d'avoir « un accès au dossier et continuer à pouvoir être informé en collaboration avec le parquet ». Mais l'intéressé a démenti mercredi leur avoir demandé de le représenter.

Quels moyens mis en œuvre ?  Lors de sa précédente conférence de presse, le procureur de la République avait évoqué la mise en place de « moyens exceptionnels ». Nécessaires, tant l’enquête s’annonce complexe selon les enquêteurs. Dans les bois, les experts s’adonnent à un travail de fourmis : prélèvements, collecte d’éventuelles traces biologiques, recherche d’empreintes. Bref, tout indice pour comprendre comment le corps a été acheminé jusqu’au bois. Au-dessus d’eux, trois drones de la section de recherches de la gendarmerie des transports aériens ont été utilisés pour photographier et filmer la scène de crime afin de repérer d’éventuelles « traces de roulage et de pneus sur les prairies » invisibles depuis le sol, explique le commandant de la gendarmerie de Haute-Saône, Jean-Michel Blaudez.

Un nouvel appel à témoins a notamment été lancé, invitant chacun à « signaler tout fait suspect constaté, dans les environs de Gray et de la forêt de Velet-Esmoulin, durant le week-end du 28 et 29 octobre » au 03.84.65.11.45. Avec dans l’espoir de recueillir des témoignages de personnes ayant vu la joggeuse courir ou être approché par son ou ses meurtrier(s).